Notes sur la Révolution française

La plupart des citations concernant la Révolution française données dans cet article proviennent du livreHistoriquement correctde Jean Sévillia.

Soljenitsyne : « Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres, ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux, c’est qu’ils ne sont pas libres. »

Il y a une idée révolutionnaire d’invention permanente qui perdure encore de nos jours. C’est une idée qui est aussi contenue dans l’idée de Progrès. Que tout reste encore à inventer. René Guénon disait : ” Il n’y a pas d’idées neuves sur terre. “

Robespierre : « Si Louis peut être le sujet d’un procès, il peut toujours être absous ; il peut être innocent : que dis-je ? Il est présumé l’être jusqu’à ce qu’il soit jugé ; mais si Louis peut être présumé innocent, que devient la Révolution ? »

Westermann à la Convention : « Il n’y a plus de Vendée : elle est morte sous notre sabre libre. J’ai écrasé les enfants sous les pieds de nos chevaux, massacré les femmes qui n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. »

Carrier (après avoir noyé 10 000 innocents dans la Loire) : « Nous ferons de la France un cimetière, plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon. »

« Il faut que la Vendée soit anéantie parce qu’elle a osé douter des bienfaits de la liberté. »

Συνέχισε να διαβάζεις Notes sur la Révolution française

Sticky ηθικολογία της Δύσης

Είναι πάντα διασκεδαστικό και διδακτικό να συνειδητοποιήσουμε τις αντιφάσεις των αντιπάλων του. Σχόλιο, Αυτή η σύγχρονη κοινωνία τόσο περήφανοι για την ελευθερία της, τον τρόπο της σκέψης για οικεία πράγματα, η εν λόγω εταιρεία αισθησιασμό (όταν φρόντισε να συγχέουμε τον αισθησιασμό και την πορνογραφία), προέκυψε μια σεμνότυφη κοινωνία, περιοριστικός, ηδονοβλεπτική και ιδιαίτερα ηθικολόγος (πρέπει να ξαναδιαβάσει τη δίκη του Jean Marie Domenach : Μια ηθική χωρίς ηθικολογία). Σε περίπτωση που αυτό Πληρεξούσιος σύγχρονη κοινωνία προσπαθεί να συγχέουμε την ηθική του καθολικισμού, όπως portraitise αρχαϊκά, Αναπτύσσει πολύ γρήγορα αντίσωμα ως ηθικολογία που αισθάνεται καλά στην κρίση του γείτονα. Είναι η ηθική φιλισταίος. Είναι ένα χαρακτηριστικό της γαλλικής χαρακτήρα. Αλλά και άλλες ευρωπαϊκές χώρες μοιράζονται μαζί της.

Συνέχισε να διαβάζεις “Sticky ηθικολογία της Δύσης”

Oshio Heihachiro, samouraï de la rébellion

Pour bien comprendre les actes d’Oshio Heihachiro, il faut bien comprendre qu’ils sont dictés par un caractère et par une volonté anti-révolutionnaires. Rien dans l’attitude d’Oshio Heihachiro ne souhaite remettre en cause l’ordre établi. Oshio Heichachiro sait le système perfectible, mais aussi fonctionnel. Ce qui rend le système moins performant tient plus aux hommes qu’au système lui-même.

La colère d’Oshio est dirigée vers les hommes, vers ce qui corrompt le système.

Laisser croire qu’un ver dans le fruit est la cause de tous les maux, c’est la philosophie qui a toujours accompagné nos révolutions. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage

Il y a une arrogance occidentale qui croit que l’homme est infaillible. Cette arrogance occidentale a constitué et continue de constituer l’essence de son caractère antitraditionnel ; et constitue un terreau toujours meuble pour la volonté derrière la société égalitariste.

Συνέχισε να διαβάζεις “Oshio Heihachiro, samouraï de la rébellion

Cris d’orfraie d’Onfray

Donc Onfray a lu un livre où l’on révèle la fabrique d’Ernst Jünger… Michel VanoosthuyseFascisme et littérature pure. On y révèle — nous dit toujours le philosophe autoproclamé de la sensualité — que Jünger a toujours été fasciste et qu’il a passé des années, une grande partie de sa vie, un demi-siècle, à effacer les traces de ces années fascistes. Qui a côtoyé Ernst Jünger, même de très loin, ne pourra que sourire à ces déclarations. Ernst Jünger fabriquant sa vie pour une postérité est grotesque. Jünger a toujours été l’antithèse de ce personnage machiavélique qu’Onfray a cru débusqué au détour d’un livre. M’apercevoir enfin que ce livre de M. Vanoosthuyse a paru aux éditions Agone finit de me faire sourire, on pouvait espérer que M.Vanoosthuyse passe plus de temps à apprendre de Jünger qu’à réaliser autour de sa personne une chasse aux sorcières. La quatrième de couverture manque ainsi singulièrement d’inspiration puisqu’elle finit par ses mots: « ce que recouvre l’entrée d’un auteur à passé fasciste dans la littérature ‘pure’. » Kesako? Jünger serait le seul auteur de droite (je résume ici la pensée de ces messieurs de gauche qui donne du fasciste pour un oui ou pour un non) à faire son entrée dans la littérature ? Qu’est-ce que la littérature pure? Une littérature de gauche? Ça commence mal pour les éditions Agone qui dès la quatrième de couverture ne font pas montre d’une grande maîtrise éditoriale

Quant à Onfray, on comprend au fil de l’article qu’une seule chose l’inquiète et dans cette optique on pourrait le comprendre — c’est la liberté, l’extraordinaire liberté de Jünger à tout âge, à toute époque jusqu’à ses derniers jours. Michel Onfray ne comprend rien à la liberté de Jünger. Alors n’y comprenant rien, il désire la détester. Il désire montrer qu’il s’agit d’un subterfuge. Et Jünger a passé un demi-siècle à le façonner.

Parce qu’il faut quand même que ça ait été l’effort d’une vie pour que Michel Onfray se fasse avoir. Qu’il ait fallu ce livre pour qu’il soitdéniaisé comme il l’avoue. On ne peut que s’esclaffer, Michel Onfray est un faiseur quand il le veut. Et il nous prend pour des citrouilles. Qui croira une seule seconde qu’il a jamais aimé Jünger ? Si Onfray dit aimer Jünger, c’est qu’il plastronne. Il fait le beau. Il pérore. Il veut dire. Je suis. Je pense. Largeur d’esprit. Oeucuménisme. Introspection. Esprit critique. Tolérance encore. Tolérance toujours. Bonne conscience. Eh oui, il ne s’agit plus que de cela. Michel Onfray pourra passer plusieurs vies à effacer les traces, il sera facile d’exhumer toutes les fois où il aura fait semblant.

C’est dommage, Michel Onfray sait aussi dire certaines choses qui ne relève pas de son clan, de son camp, de sa famille politique. Il sait parfois échapper aux mailles du filet et reconnaître chez ses adversaires l’honnêteté. Mais ii faut toujours qu’il se laisse aller, il faut toujours qu’il se recroqueville, qu’il médiatise donc qu’il donne le changeTant de gachis. Il est difficile de comprendre comment Michel Onfray peut trouver un quelconque intérêt au tout petit livre à charge deMichel VanoosthuyseL’impression donnée équivaut à celle d’un beau chien au poil luisant se roulant dans la fange.

Le Père de Smet

Il est des histoires incroyables. celle de Pierre Jean Smet en fait partie.

Discutant toujours avec la même joie avec mon ami J-B du C. l’autre soir, je l’entretiens de mon idée d’un prêtre débarquant au Japon dans les années 1830, chose impossible ou presque. Le Japon est totalement fermé au monde extérieur, l’ère Meiji se prépare tranquillement en coulisse, et surtout les ordres religieux, comme le monde occidentale, est tombé en pâmoison devant le Nouveau Monde. ναί, mais voilà il faut toujours espérer en une grande figure de catholique indépendant.

Pierre Jean de Smet en est une. Ce prêtre surnommésoutane noirepar les indiens, négocia avec Sitting Bull pendant que Lincoln lui demandait conseil. N’ayant pas la langue fourchue, il réussit bien souvent des miracles (lire sa vie montre combien ce mot peut encore avoir un sens). Incroyable parcours dans les montagnes Rocheuses et formidable source d’inspiration, la Père de Smet mis de l’éthique là où les politiques ne mettaient déjà que cynisme et pragmatisme.