Monseigneur Centène…

Les Vannetais sont des gens bien lotis. L’homélie de Monseigneur Centène en la cathédrale Saint-Pierre de Vannes dimanche dernier revigore. Ce n’est pas la première fois que les homélies de Monseigneur Centène sont citées sur les sites catholiques, et au vu de la qualité de celles-ci, ce n’est pas près de finir.

Voici un extrait de l’homélie pour l’ordination de deux prêtres :

Parce qu’il est père, le prêtre est époux.

Dans l’Esprit-Saint, le don de sa vie féconde et sanctifie l’Eglise.

Le prêtre est époux de l’Eglise, jusqu’à mettre à son service tout l’amour de son cœur, toutes les fatigues de son corps, tous les désirs de son esprit, toutes les joies de son âme. C’est la raison profonde de son bel engagement au célibat.

L’Esprit-Saint fait de lui l’homme de l’Eglise. Cette alliance sponsale fait qu’ils ne sont plus deux mais une seule chair.

Imitez dans votre rapport à l’Eglise l’attention amoureuse d’un jeune époux. Ne vous contentez pas d’une fidélité formelle.

Apprenez à découvrir ce qu’elle aime, par une connaissance toujours plus approfondie de son magistère.

Apprenez à découvrir ce qu’elle désire par une attention délicate à sa discipline.

Selon la recommandation de saint Paul, chérissez-là « comme votre propre chair » (Ep 5;28).

Apprenez à la considérer avec estime, parlez d’elle avec admiration, avec tendresse et vous la rendrez aimable aux yeux de tous.

N’imitez jamais ceux qui sont à l’affût de ses rides et de ses flétrissures. C’est toujours le prélude à l’infidélité.

Après deux mille ans, si elle est un peu ridée, c’est parce qu’elle a beaucoup souri, si elle est un peu flétrie, c’est parce qu’elle a beaucoup pleuré.

Mais chaque fois que vous célèbrerez le Saint-Sacrifice de la Messe, vous lui rendrez sa beauté et la joie de sa jeunesse éternelle si vous êtes prêts à donner votre vie pour elle.

*L’homélie complète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *