Neuvaine pour la France

IMG_0063-0.PNG
Quelle belle initiative ! Une neuvaine pour la France. Une neuvaine pour dire notre amour de la Sainte Vierge et lui demander de veiller avec tous les saints sur notre beau pays. Il ne sert de rien d’éructer sur les réseaux sociaux ou sur Internet ou même dans la rue, il ne sert de rien d’éructer si nous ne demandons pas l’intercession de notre très sainte Marie pour notre pays. Si nous ne le faisons pas, si cet effort de prière ne nous est pas intime et obligatoire, alors nous n’avons que faire de la France. Nous nous gobergeons de paroles. L’intercession de la Sainte-Vierge est le moyen de recevoir suffisamment de grâces pour espérer que l’avenir de notre pays soit digne de son passé. Ne croyons jamais que notre avenir tient à la colère, à l’agitation, aux effets de manche, quoi que nous fassions, bien ou mal, l’avenir appartient aussi, avant tout, à notre prière. Ne nous croyons jamais suffisants. L’acceptation de notre faiblesse, de notre manque, de l’insuffisance justement de notre force et de notre volonté prouve que l’intercession divine est obligatoire. Cette acceptation marque notre entrée dans la neuvaine ! Sans le savoir, la docilité liée à cette acceptation, la « mise en conformité » de notre âme, nous permet d’entrer dans cette neuvaine. Laissons-nous guider quand le Seigneur n’a qu’un désir profond : celui de mener son petit troupeau. La docilité est fruit de la tendresse…

Quelques citations de Georges Bernanos pour mieux cerner, mieux discerner la mission de la France et des Français :

« On n’a jamais vu périr corps et biens une nation qui avait gardé l’honneur ; son honneur et sa vie ne font qu’un »

« Nous regardons notre malheur en face, nous n’en rejetons rien, nous nous faisons un cœur à sa mesure. Quelle que soit l’humiliation qu’il apporte à nos pauvres destinées individuelles, il nous est dès maintenant sacré puisqu’il a pris déjà sa place dans notre histoire, il est l’un des chaînons de la longue chaîne qui nous relie aux aïeux. Nous n’avons plus le droit d’y toucher, même pour le maudire. Parût-il irréparable, il ne serait irréparable que pour nous, car nous ne faisons que passer, la France demeure, elle nous absorbera bientôt, nous, nos erreurs et nos fautes. La plus vieille chrétienté du monde a bien formé nos âmes, que cette passion nationale, en qui se survit chez les autres peuples d’Europe le fond du vieux paganisme héréditaire avec sa dureté, son inflexible orgueil, est chez nous prodigieusement spiritualisée, garde on ne sait quelle douceur et quelle humilité profonde, que nous répugnons d’ailleurs à exprimer parce que personne ne les comprend. Non seulement comme chrétiens, mais comme Français, il semble que nous ayons retenu la leçon de Saint Paul : nous refusons de vivre sous le signe de la loi, nous sommes entrés dans le règne de la grâce. Nous ne nous sentons pas Français de droit, mais de grâce, et nous ne croyons pas mériter cette grâce. Si grands que soient les sacrifices faits à notre patrie, ce n’est pas en eux que nous mettons notre confiance, c’est toujours la France qui nous sauve, elle est le gage de notre salut temporel, c’est d’elle que nous attendons notre rédemption temporelle. Voilà pourquoi sans doute, aucun revers ne peut nous abattre, car nous en gardons pour nous la douleur et l’affront : elle en retient la vertu expiatrice, nos propres fautes font son rachat, nos humiliations sa gloire. »

« Il n’y a pas de privilèges, il n’y a que des services, tel était jadis le principe fondamental de l’ancien droit monarchique français. »

« L’Europe a travaillé mille ans pour substituer les nations à la race. »

« Il est inutile et même dangereux d’écrire que cette guerre est celle de la Force contre le Droit, car la vraie force ne s’oppose jamais au vrai droit. De la seule justice de sa cause, la France tire aujourd’hui tout ensemble sa force et son droit. Si elle était momentanément vaincue, c’est qu’elle aurait douté de l’un ou de l’autre, qu’elle n’aurait pas été jusqu’au bout de sa force et de son droit. Mais Dieu ne le permettra pas, ou Il ne le permettra que pour mieux nous sauver. »

Prions pour la France ! Le site de la neuvaine propose trois engagements. Trois engagements pour la France ! :
— à prendre chaque jour un moment de prière pour mon pays (chapelet, dizaine, autre)
— à réciter chaque jour la prière de la neuvaine
— à jeûner chaque premier vendredi du mois pour mon pays

La prière de la neuvaine :

Vierge Marie,
Notre-Dame de France,
Accueillez nos cœurs d’enfants
confiants en votre bienveillance.
Guidez-nous vers Jésus notre Sauveur,
pour recevoir de son Cœur les grâces
de sa divine miséricorde.

Nous vous présentons notre pays,
ses souffrances, ses troubles
et ses conflits,
mais aussi ses ressources
et ses aspirations.
Accueillez-les, purifiez-les,
présentez-les à votre Fils
afin qu’Il intercède en notre faveur,
qu’Il oriente nos actions vers le Bien
et nous guide dans la Vérité.

Nous vous consacrons la France
dans la fidélité à l’espérance
et à la force de l’Esprit Saint
reçues à notre baptême. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *