Diversité (suite)

… Sounge i felibre esteba… Je songe aux Félibres… C’est le propre des bons artisans du Divers, que de le retourner ainsi bout pour bout. Serait-il jamais atteint ? C’est la ruine, la mort. Il renaît toujours : en arrière soudain, quand par devant on lui tend les bras.

Cependant, là-bas, Boissière écrit : Le Bouddha, Cimetière d’Annam, etc.

En 96, un an avant sa mort, d’admirables vers d’exotisme à rebours :

Aujourd’hui, lasse d’attendre le baiser des Sirènes — Ma Chair lasse retourne au village natal — où l’écho du monde encore me fascine…

Par là-bas, errantes, des fumées se tordent : Ce sont d’anciens désirs, de vieux péchés qui brûlent… .

Victor Segalen, Essai sur l’exotisme, Une esthétique du Divers, Editions Fata Morgana.

Diversité

Je ne sais, si comme moi, entendre le mot diversité (qui a remplacé le mot Autre) provoque chez vous un début de nausée. Victor Segalen est un auteur qui agit comme un remède à ce haut-le-cœur. 

Bel exemple que Jules Boissière qui, provençale, félibre, écrivit ses plus beaux vers félibriens à Hanoï.

Voici bien la diversité, qui plonge en soi pour accueillir l’autre. Les discours des politiques qui n’ont que le mot diversité à la bouche poussent un grand vide devant eux et l’agitent avec d’autant plus d’audace qu’ils essaient de convaincre et de se convaincre, mais ils ont perdu la conscience qu’ils le dénaturent et le violent dès qu’ils en prononcent le nom. 

Il n’est possible de parler de diversité qu’en étant à l’écoute de soi, de son être intime. Voilà ce que signifie être sensible au divers. Ceux qui se gorgent de divers sans accomplir cet effort ne sont que des internationalistes déguisés.

Victor Segalen, Essai sur l’exotisme, une esthétique du divers. Éditions Fata Morgana.