χριστιανική μαρτυρία

Όταν η J & rsquo? Ξεκίνησα αυτό το blog, γρήγορα M & rsquo? ήρθε & rsquo s? d & rsquo ιδέα? γράψει στον Λειτουργία. Να μη ζητήσει ένα ειδικό καθεστώς, αλλά για να μοιραστώ την εμπειρία μου για το τι είναι η καρδιά της ζωής & rsquo? Χριστιανός. Υπήρχαν δύο δρόμοι που επρόκειτο να συγχωνευθούν : Έπρεπε να πει το Mass (και τα οφέλη της), και στη συνέχεια να αναθέσει το μονοπάτι που η & rsquo? είχε αποκαλύψει.

μέρος 1 : Ποια μάζα για την οποία εκκλησίας ? – Μπροστά & rsquo? Εκκλησία

Prêtres en soutaneΚατά τη διάρκεια του έτους 1987, Νόμιζα ότι είχε έρθει ο χρόνος μου. Η ζωή μου κατέρρεε. Η ζωή ποτέ δεν θα καταρρεύσει, Θα βάλω μερικά χρόνια για να καταλάβουν ; ή στάσεις, ή καθίσταται. Η ζωή μου ήταν τόσο μεταμορφώθηκε, βιαίως, βαθιά, που μου πρόσφερε ηenantiodromos comme disent les Grecs. Οι enantiodromos είναι αυτός ο δρόμος που χωρίζει, που διαχωρίζει, που γίνεται δύο, και αντί να αντιμετωπίζουμε την επιλογή. Οι enantiodromos βοήθησε να καταλάβω τι είναι ελευθερία. Αυτή ήταν μια άνευ προηγουμένου κατάσταση, I & rsquo? Πάω & rsquo? Συνειδητοποιώντας. Αυτή η διέλευση όταν η ζωή παίρνει μια στροφή αρκετά απροσδόκητο σηματοδοτεί τη μετάβαση από την παιδική ηλικία στην ενηλικίωση. Αυτή τη στιγμή δεν έχει ηλικία. Θέλω να πω ότι μπορεί κανείς να ζήσει σε οποιαδήποτε ηλικία. Δεν θα πρέπει να είναι να μην ζήσει. Δεν καταλαβαίνω αυτό που διαφοροποιεί την ελευθερία που σημειώθηκαν κατά την ελευθερία της παιδικής ηλικίας έχει επιλεγεί στην ενηλικίωση. Επειδή η επιλογή, γινόμαστε άλλο ; η εμπειρία μας δείχνει και δίνει ένα πλαίσιο και το θεμέλιο για την προσωπικότητα.

Συνέχισε να διαβάζεις “χριστιανική μαρτυρία”

Newman et Socrate

Les liens entre la philosophie grecque antique et le christianisme sont nombreux. Le plus fameux des préceptes grecs : Gnothi Seauton, "Γνώθι σαυτόν", inscrit à Delphes garde un certain mystère. Un autre bout de phrase nous est resté : « Mais pas trop »… Γνώθι σαυτόν… Mais pas trop ! Platon amène Socrate à réfléchir à la formule delphique dans le Philèbe :

SOCRATE — C’est en somme une espèce de vice qui tire son nom d’une habitude particulière, et cette partie du vice en général est une disposition contraire à celle que recommande l’inscription de Delphes.

PROTARQUE — C’est du précepte : connais-toi toi-même, que tu parles, Socrate ?
SOCRATE — Oui, et le contraire de ce précepte, dans le langage de l’inscription, serait de ne pas se connaître du tout.
« Connais-toi toi-même » afin de t’améliorer, de gommer en toi ce qui gêne à ton épanouissement. Ne pas se connaître est déjà une faute pour Socrate. « Mais pas trop », car l’homme se croit si facilement beaucoup plus qu’il n’est, fils d’Adam, l’homme est le jouet de sa présomption. « Mais pas trop » afin de ne pas te prendre pour un dieu.
Il s’agit de l’un des fondements de la culture grecque, l’idée de se connaître, l’idée de sagesse, d’avancée dans la sagesse, mais le sentiment aussi qu’à trop creuser les surprises peuvent surgir, et pas forcément de bonnes. Les Grecs étaient très conscients des faiblesses de l’homme, de ses insuffisances. Les Grecs sont même, avec les chrétiens, ceux qui ont le plus mis en avant la possibilité de faiblesse de l’homme, c’est aussi ce qui nous les rend si proche. La faiblesse de l’homme s’exprime dans leurs évangiles, les tragédies. Pitié et terreur en sont les deux piliers. Γνώθι σαυτόν… mais pas trop.

Le chemin de Dieu passe par notre humanité

Extraordinaire passage du Bienheureux cardinal Newman :

En péchant, en souffrant, en nous corrigeant nous-mêmes, en nous améliorant, nous avançons vers la vérité par l’expérience de l’erreur ; nous obtenons le succès à travers l’échec. Nous ne savons comment agir bien sinon après avoir mal agi. […] Nous savons ce qui est bien non de manière positive mais négative ; nous ne voyons pas la vérité d’un seul coup pour nous diriger vers elle, mais nous nous jetons sur l’erreur pour en faire l’expérience, et nous découvrons qu’elle n’est pas la vérité. […] Tel est le mécanisme par lequel nous parvenons au succès ; nous marchons vers le ciel à reculons ; nous visons de nos flèches une cible et pensons qu’il est bien adroit celui dont les ratés sont les moins nombreux.