ταυτότητα

L’identité se divise d’une part en un socle qui est en nous sans que nous puissions en tirer un mérite particulier, notre nature et l’éducation que nous avons reçues, et un mouvement constitutif de la vie qui découvre des éléments qui ne sont pas répertoriés par notre nature ou notre éducation, mais qui doivent être lus à la hauteur de notre nature et de notre éducation. Une bonne part de ce processus se déroule sans que nous ayons même à y penser. Il est pourtant essentiel, primordial et nous oblige à la révision permanente de cette nature et de cette éducation, tout comme à la révision permanente de ces nouveaux éléments à travers le prisme de notre nature et de notre culture. L’équilibre, ici encore, s’avère essentiel. Il n’est pas question d’oublier ou pire de ne pas avoir conscience de notre nature, d’oublier ou pire de perdre les bienfaits de notre éducation, pour aborder les rivages de la nouveauté, ou bien nous ne serons rien qu’un drapeau élimé dans le vent, nous n’aurons aucun critère pour juger de la nouveauté et nous risquerions de ne voir en cette nouveauté qu’une nouveauté, et de ne l’aimer que pour cela.

Τι σημαίνει να είναι πάνω από το έδαφος ?

L’exemple le plus éclairant concernant la nature humaine se trouve dans le Nouveau Testament quand Pierre et Jésus-Christ parlent ensemble et que Pierre insiste auprès de son maître pour qu’il croie sa dévotion tout à fait sincère. έτσι, Jésus lui annonce que le coq n’aura pas chanté qu’il l’aura renié trois fois. Le premier endroit d’où parle tout homme est celui-ci : sa faiblesse. La prise en compte des limites de chacun, non pas toujours pour s’y résoudre, mais aussi pour les surmonter, oblige à raisonner à partir de ce que l’on est et non pas à partir de ce que l’on croit être. Tout homme qui ne connaît pas ses faiblesses, qui les oublie, qui ne les prend pas en compte est hors-sol comme on a pris l’habitude de le dire de nos jours. Hors-sol signifiant que l’on est nourri par un pâturage qui n’est pas le nôtre, que l’on renie son pâturage pour trouver tout autre pâturage que le sien meilleur, car autre. Hors-sol signifie aussi que les propos reçus pourraient être obtenus partout ailleurs dans le monde sans que cela pose problème, ces propos étant sans racines, traduisible en toute langue et exportable tel un « framework » en informatique. La formule « hors-sol » interdit de répondre à la question « d’où parles-tu ? » et la première formule aime à brocarder la seconde comme identitaire ou d’« extrême-droite ». À force d’avoir voulu esquiver cette question, on l’a anéantie. À l’avenir il ne sera plus possible de demander d’où l’on parle, car on aura atteint un tel niveau d’abstraction et de déracinement que cette question n’aura même plus de sens.

Αντιγόνη, επαναστατική και οικεία (3/7. μοίρα)

IMG_0554

 

3δεύτερο μέρος : μοίρα

Ο άνθρωπος κάτω από το δέντρο. ο άνθρωπος, όπως το δέντρο, ορίζεται επίσης και από τις ρίζες ή τα φρούτα του. ο άνθρωπος, όπως το δέντρο, εξαρτάται από την εξωτερική και την εσωτερική στοιχεία για να φθάσουν στην ωριμότητα. Ο άνθρωπος μοιάζει με κορμό σκαλισμένα από δοκιμές που βασίζονται στις ρίζες της και με περισσότερο ή λιγότερο καλούς καρπούς, καλύτερα ή χειρότερα… Οι ομοιότητες μεταξύ των φυτών και του ανθρώπου είναι ατελείωτες. Νερό που τρέφει τις ρίζες στο φως του ήλιου φρούτων πότισμα, οξυγόνου που αποπνέουν τα φύλλα, όλα αυτά η ζωή βιαστική και ρέει τρόπο να μας θυμίζει την ανθρώπινη κατάσταση ασυγχώρητο. Το δέντρο είναι μια οικογενειακή αλληγορία. Δενδρύλλιο φρούτα και τα φύλλα, μια αλληγορία για την ιστορία του ανθρώπου και την οικογένεια μεγαλώνει. Τι κακό νεράιδα προήδρευσε στη γέννηση της οικογένειας, συμπεριλαμβανομένων Αντιγόνη κατεβαίνει Labdacides? Κάθε καλή συνείδηση ​​σήμερα θα δούμε μια συμφορά και μια παθολογική εξήγηση των αποφάσεων Αντιγόνη. Πώς είναι αυτή η μικρή Αντιγόνη αυτό το ηρωικό φρούτα αυξάνεται σε ένα κορμό δέντρου έτσι γεμάτο ουλές και μώλωπες? Η αναπνοή και αδιάλειπτη οδηγό πεπρωμένο και αμβλεία ότι η οικογένεια και, ξαφνικά, Αντιγόνη απελευθερώνεται από αυτό το ζουρλομανδύα, απελευθερώνει την οικογένειά του αυτό το ζουρλομανδύα, νίκησε καμιζόλα, και ολοκληρώνει απορρίψει το πεπρωμένο. Τι θαύμα! από απόσταση, προσκόλληση σε υποκατάστημα τους, δύο φύλλα εξακολουθούν να φαίνονται όμοια, Ωστόσο, απλά να πλησιάσει για να δούμε πώς διαφέρουν. Συνέχισε να διαβάζεις “Αντιγόνη, επαναστατική και οικεία (3/7. μοίρα)”

Νέα Ιππόλυτος Ταιν

Είναι σχολαστικός, ο σχολαστικός είναι κοίλο και φουσκωμένο υπόψη ότι επειδή είναι γεμάτη από λέξεις αισθάνεται γεμάτος ιδέες, απολαμβάνει προτάσεις του και εξαπατά τον εαυτό του να υπαγορεύσει στους άλλους. C’est un hypocrite qui se croit sincère, ένα Κάιν που σκέφτεται Άβελ.

 

Dans ce cerveau rétrécit, livré à l’abstraction, et accoutumé à parquer les hommes en deux catégories sous des étiquettes contraires, quiconque n’est pas avec lui dans le bon compartiment est contre lui dans le mauvais, et dans le mauvais compartiment entre les factieux de tous drapeaux et les coquins de tout de grée, l’intelligence est naturelle. […] Tout aristocrate est corrompu et tout homme corrompu est aristocrate.

 

La gauche qui naît à la Révolution affiche un totalitarisme qui, s’il est larvé parfois, n’en est pas moins toujours présent ; il repose sur la haine de ce qui ne pense pas comme elle.

Hyppolite Taine dans ses Origines de la France contemporaine décrivait ainsi Robespierre. Mais si à la place de Robespierre, on mettait Hollande, Valls, ou pis encore Taubira, ce portrait leur irait comme un gant. D’autant que cuistre est masculin et féminin, il place ainsi tout le monde devant un pied d’égalité, cette notion si chère à cescuistres.

Ποια αγίους για να ενεργοποιήσετε ?

διάβολος - Orvietto

Η υπόθεση Maciel απαιτεί από εμάς να θέσουμε το ερώτημα του Κακού. Ο χρόνος μας αποτρέπει το τρίψιμο. Τι γνωρίζουμε το έργο του διαβόλου και τι μπορούμε να κάνουμε για να προστατεύσουμε τους εαυτούς μας ? Μετά προσπαθεί να επισκιάσει το καλό της ζωής, Είναι να απορεί κανείς ότι η ίδια κακό δείχνει στην ανοικτή ? Τα έργα του διαβόλου είναι ατελείωτες, αλλά το & rsquo? Αγίου Πνεύματος μπορούμε όλοι, συμπεριλαμβανομένου μετασχηματισμού.

Θα έπρεπε να έχουν την ευγλωττία του αγαπημένου συγγραφέα του Πάπα1 να επιβεβαιώσει : "Υπάρχει μόνο θλίψη, ότι δεν είναι άγιοι ". Αυτό το μεθυστικό ζήτημα της αγιότητας έρχεται πάντα ως μια εποχή που δεν περνά. Υπάρχουν πολλά πράγματα που μπορούμε να απαλλαγούμε, αλλά ποτέ το θέμα της αγιότητας εν μέρει. Είναι ομοούσιο με εμάς. Από τη στιγμή που βλέπουμε ή να δει κάτι δίκαιο ή άδικο, κάτι κάτω από το καλό ή το κακό, βαδίζουμε στο μονοπάτι της αγιότητας. Είτε με ή κατά. Παίρνει πολύ χρόνο για να συνειδητοποιήσουμε πως το θέμα της αγιότητας είναι εμείς ομοούσια. Είμαστε ιερά, είμαστε ένας ναός, φύγαμε από την εκκλησία που είναι ιερό, είμαστε κατ 'εικόνα του Θεού που είναι άγιος, και όμως ébrouons, πέφτουμε, αγωνιζόμαστε, προσπαθούμε… Έτσι, λίγα αποτελέσματα για τόσες πολλές υποσχέσεις. Αυτό είναι το ιερό ποσό εφαρμογή κατάσταση της προσπάθειας και δίνει μερικά ορατά αποτελέσματα.
Συνέχισε να διαβάζεις “Ποια αγίους για να ενεργοποιήσετε ?”

χριστιανική μαρτυρία – 2

Όταν η J & rsquo? Ξεκίνησα αυτό το blog, γρήγορα M & rsquo? ήρθε & rsquo s? d & rsquo ιδέα? γράψει στον Λειτουργία. Να μη ζητήσει ένα ειδικό καθεστώς, mais pour partager mon expérience de ce qui représente le coeur de la vie d’un chrétien. Υπήρχαν δύο δρόμοι που επρόκειτο να συγχωνευθούν : Έπρεπε να πει το Mass (και τα οφέλη της), και στη συνέχεια να αναθέσει το μονοπάτι που η & rsquo? είχε αποκαλύψει.

μέρος 2 : le christianisme, roi des communautésAu pied de l’autel

Lorsque je vivais à Londres, la pensée de la spiritualité n’a cessé de m’habiter. Ma quête se résumait à la recherche permanente de la vie intérieure. Ce cœur qui bat, qui palpite ne pouvait être que chair et sang. C’était là mon intuition. Vingt-cinq ans plus tard, c’est une certitude qui m’habite : ne pas laisser battre et palpiter ce cœur sans lui accorder suffisamment de temps, d’attention et d’affection. Sans cesse, chercher à approfondir ce mystère qui l’entoure. Tout ce qui empêche ce dialogue, tout ce qui interfère avec cette liaison, provoque mon plus profond mépris. Cette intimité brûlante a de parfaits ennemis ourdis par le monde moderne, des ennemis comme le communautarisme et le syncrétisme.

Συνέχισε να διαβάζεις “χριστιανική μαρτυρία – 2”

Une petite histoire de l’Envie, ήρωας για εξιλαστήριο θύμα

4Le monde moderne ne cesse de nous présenter des boucs émissaires. Lance Armstrong, Richard Millet, Jérôme Kerviel, John Galliano, pour ne citer qu’eux, chacun dans un domaine, avec des causes et des raisons complètement différentes, ont récemment incarné le bouc émissaire, le fauteur justement châtié, l’empêcheur de tourner en rond remit à sa place. Le bouc émissaire est lié à l’égalitarisme, lui-même lié à l’envie. Du héros au bouc émissaire, seule l’envie ne change pas. Le monde moderne a le spectacle dans le sang, le bouc émissaire y a une fonction cathartique.

À l’heure de la démocratie moderne, tout passe par Twitter ou Facebook. La vraie information se trouve là. Ne pas être là équivaut à disparaître, à entretenir une vie dans l’ombre, une vie d’ombre. Sur les réseaux sociaux, il est permis le comble de la démocratie moderne : côtoyer l’idole, vivre avec l’idole, au rythme de l’idole, en connaissant tout d’elle, en la voyant au levé du lit, en l’embrassant en guise de bonsoir ; ne manque que le contact tactile. Cette proximité transforme le rôle de l’idole connue depuis toujours, elle le modifie à jamais. Si l’idole était une simple statuette, elle ne parlerait pas, ne répondrait pas, elle n’occuperait que la place qu’on lui laisse, elle rassemblerait sur son effigie toutes les images mentales que le cerveau peut produire. Le monde moderne ne connaît pas l’image mentale, il est au-delà du fantasme. Il hait ce qui est caché, sans parler de ce qui est secret. D’où cette expression souvent utilisée : le fantasme devenu réalité. Le fantasme — φαντάσματα, l’image mentale pour le Grec antique — ne peut être, ne doit pas être, une réalité. Sinon l’horreur guette. Sinon nous ne pouvons que prier en attendant que tout reprenne sa place. Il y a un ensauvagement possible à côtoyer l’idole de trop près. Par cette proximité, le monde moderne a entrepris de créer un levier cathartique pour contrôler les consciences. L’idole peut être héros ou bouc émissaire, elle peut servir la société du spectacle et sa dictature molle. Elle permet aussi de remplir des cases : héros, bouc émissaire, déchu, condamné, victimeUne feuille de papier à cigarette sépare ces qualificatifs. Sur fond de moralisme, la société abat ses cartes et distribue les bons ou mauvais points. Tous les domaines sont touchés, mais certains plus « populaires » que d’autres sont affectionnés. Le bouc émissaire permet de se refaire une beauté, de donner le change, ou bien d’affirmer sa responsabilité et son incorruptibilité. Mais personne ne doit être dupe de tels stratagèmes. La société du spectacle est un simulacre de société qui repose sur l’intrusion, sur l’indécence et sur la délation.

Συνέχισε να διαβάζεις Une petite histoire de l’Envie, ήρωας για εξιλαστήριο θύμα”

Quelle mort pour l’Occident ?

Il m’est de plus en plus doux d’entendre ces discours d’Occidentaux se gargarisant de la mort du catholicisme, de la mort de cette vieille peau de religion, quand ce n’est de la mort de Dieu, tout simplement.

Συνέχισε να διαβάζεις Quelle mort pour l’Occident ?”

Emmanuel Todd ή πνευματική χυδαιότητα

Emmanuel Todd passait l’autre matin sur France Culture pour nous délivrer sa bonne parole. Emmanuel Todd est un prophète. Il en a la faconde. Il en a la prétention, surtout. Il n’en a pas l’honnêteté. πράγματι, on ne peut être un prophète et un idéologue.

Συνέχισε να διαβάζεις “Emmanuel Todd ή πνευματική χυδαιότητα”

Hommage à Jean-Marie Domenach

En relisant des notes prises il y a des années pendant la lecture du Retour du tragique του Jean-Marie Domenach, je me souviens de notre rencontre. Je le vois arrivant dans mon petit studio de la Fourche, me demandant un verre de vin et moi, commençant à lui expliquer par le menu l’orientation que je voulais donner à notre entretien. Et lui me regardant avec des yeux ronds, s’arrondissant encore, et soudainement me lançant enthousiasmé : “Mais vous avez lu mes livresJe n’ai pas l’habitude de rencontrer des journalistes qui ont lu mes livres”.

Cette rencontre restera comme l’une des très belles rencontres que j’ai réalisées en tant que journaliste. Nous discuterons plus de deux heures de morale et de moralisme, de Saint-Just et de Nietzsche. De Dieu aussi. De Dieu surtout.