De novis et propitiatio,

Le révolutionnaire n’a aucune appétence pour le pardon, car il déteste le don qui lui semble suspect et l’autre avec qui il aurait pu sceller l’avenir.

Pour le révolutionnaire, mû par l’envie, la seule forme de pardon qui lui est propre passe par l’humiliation ou la mort de son opposant afin de célébrer sa victoire méritée sur un nanti.

Comments

Tua inscriptio electronica non editis. Velit sunt insignis *

Et hoc site utitur ad redigendum Akismet spam. Disce quomodo data est processionaliter vestri comment.