Vallankumouksellinen ja anteeksianto

Vallankumouksellisella ei ole halua antaa anteeksi, sillä hän vihaa lahjaa, joka näyttää hänelle epäilyttävältä, ja toista, jolla hän olisi voinut sinetöidä tulevaisuuden.

Vallankumoukselliselle, kateuden liikuttama, ainoa hänelle sopiva anteeksiannon muoto on vastustajan nöyryyttäminen tai kuolema juhlimaan ansaittua voittoa korkokengissä.

alkuperäinen rikos

Huolimatta epäilyjä Shusaku Endo todellisen kristinuskon Japani mainittu ihailtavaa "Silence", se myös näyttää minulle, että Japani on todellinen perustavanlaatuinen yhteistä kristitty helppous hän laittaa itsensä tilalle toisen. Eikö tämä ole yksi perustajajäsenistä emäkset kristinuskon, yksi näistä arkkityypit Puhe vuorella, kuin aina ajatella, että pyrimme ollut niin tärkeä, lausutaan tarpeeksi, että sopimus syntyy ? Näen tietenkin heikot perustelut : Japani väsymättä yrittää käyttöön muiden kulttuurisesti ; hän haluaa myös ymmärtää paremmin ; hän ei tiedä syyllisyys, mutta häpeä… Kristillinen on luotava muissa, koska hän ajattelee, että vika tulee häneltä, Tämä ei tarkoita hän teki varoituksen, vaan puute huomiota muihin johti hänet ei tarpeeksi työtä estämään vian.

Jatka lukemista “alkuperäinen rikos”

Kirja-arvostelu Japanin

Je viens de finir de lire « Le Masque du Samourai », un essai de Aude Fieschi (Éditions Philippe Picquier). C’est un livre didactique, bien écrit, qui présente les différentes facettes du Samourai à travers le Moyen-Age japonais jusqu’à sa déchéance avec l’avènement du Japon moderne.

Philia, agapê et autres petites choses

Les Grecs utilisaient trois mots pour désigner l’amour : l’éros, l’amour charnel, la philia, l’amitié, et l’agapê, l’amour abouti et mature.

L’amour est-il seulement là pour nous réconforter? Ne doit-on pas chercher à donner du sens à l’amour comme à chaque événement de la vie? Seul le sens sauve la condition humaine. merkityksen… La grande question. L’incontournable question. Rien ne vaut d’être vécu en l’absence de sens. Le sens est la grande question de l’homme d’autant qu’il n’y comprend rien et n’en maîtrise rien. Comme souvent l’homme maîtrise d’autant moins qu’il s’époumone à croire le contraire. Un amour dont le sens est absent restera un éros. Il est possible de répondre qu’éros aussi donne du sens :  les caresses, les baisers, les corps qui s’emboîtent sont une découverte de l’autre. Si l’éros grec relève le plus souvent du rapt, de la possession, il serait faux de l’y résumer. Les frontières entre les trois amours peuvent être fines. Notre époque aime à relativiser ces frontières. La transgression guette le moindre de nos pas ; ou de nos faux-pas.

Le sens de l’amour nous surpasse, et nous élève. Dieu nous donne Son fils et Le fait mourir sur la croix dans le seul but de donner un sens à nos vies. Il extirpe le pêché en le révélant au grand jour. Il désigne l’amour comme seule alternative au mal. Et l’on doit se souvenir encore de saint Paul :

Quand je parlerais en langues, celle des hommes et celle des anges, s’il me manque l’amour, je suis un métal qui résonne, une cymbale retentissante.

Quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et de toute la connaissance, quand j’aurais la foi la plus totale, celle qui transporte les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.

Quand je distribuerais tous mes biens aux affamés, quand je livrerais mon corps aux flammes, s’il me manque l’amour, je n’y gagne rien.

L’amour prend patience, l’amour rend service, il ne jalouse pas, hän ei rintalevyä, hän ei turpoa ylpeydellä, hän ei tee mitään rumaa, il ne cherche pas son intérêt, il ne s’irrite pas, il n’entretient pas de rancune, hän ei iloitse epäoikeudenmukaisuudesta, mutta hän löytää iloa totuudesta.

Il excuse tout, hän uskoo kaiken, hän toivoo kaiken, hän kestää kaiken.

L’amour ne disparaît jamais.

Les prophéties ? Elles seront abolies.

Les langues ? Elles prendront fin.

La connaissance ? Elle sera abolie.

Car notre connaissance est limitée et limitée notre prophétie. Mais quand viendra la perfection, ce qui est limité sera aboli.

Lorsque j’étais enfant, Minä puhuin kuin lapsi, Ajattelin kuin lapsi, Päättelin kuin lapsi. tuli mies, Lopetin sen, mikä oli erityistä lapselle.

nyt, kuten näemme peilistä ja sekava tavalla, mutta silloin kasvoista kasvoihin.

nyt, tietoni on rajallinen, mutta niin minä ymmärrän niinkuin minut itsenikin täydellisesti tunnetaan.

Maintenant donc ces trois-là demeurent, la foi, l’espérance et l’amour, mais l’amour est le plus grand.(1)

On voit que l’agapê trône au sommet de l’amour. L’agapê est cette fin ultime, comme sens véritable de l’amour. À lire saint Paul, on s’aperçoit aussi que l’amitié est tout entier contenu dans l’amour. La philia peut être pensée seule, mais sa finalité chrétienne est de devenir un agapê. On comprend aussi que son échec sera de ne pas réussir cette transformation. Imaginons une philia entre un homme et une femme : il y a toujours un risque de séduction. Qu’est-ce qu’une philia s’abandonnant dans l’éros ?

On notera enfin que l’agapê est un amour dénué de séduction. Il n’utilise pas detrucs”, d’artifices. Évidemment ceux-là sont laissés au Prince de ce monde.

Une nouvelle amitié, c’est un monde révélé qui s’étend à nos pieds. Quel réflexe avons-nousFace à un monde qui s’étend à nos pieds. En sommes-nous responsables (of respondere, en répondons-nous) ? Avons-nous fait quelque chose pour mériter ce nouvel amour ? Ei, nous n’avons rien fait. Si peu de sens est sorti de nos gestes quotidiens. Notre premier réflexe est souvent de fouler ce monde aux pieds, car immédiatement face à la beauté nous pensons à nous l’approprier. Voilà l’homme. Ce qui est beau, ce qui est mieux, ce qui nous dépasse, doit nous appartenir. Pas Dieu. Ei, pas Dieu. Car l’homme moderne a arrêté de croire en Dieu. Trop grand, trop fort, pas le temps pour ces foutaises qu’il ne peut s’approprier. Ce qui le dépasse ne mérite que possession ou mépris.  Il faut aller toujours plus vite. On n’a pas le temps. Si l’on ne peut posséder, si l’on ne peut jouir, on méprise. On comprend aisément dès lors la popularité d’éros.

À toutes les créatures, il manque quelque chose, et non point seulement de n’être pas créateur.

À celles qui sont charnelles, nous le savons, il manque d’êtres pures.

Mais à celles qui sont pures, il faut le savoir, il manque d’être charnelles.(2)

Alors ce monde qui frappe à la porte? S’il se donne, on le domine. S’il se donne, on le possède. Il y a là résumé notre suffisance vis-à-vis de l’Autre. Parce qu’il n’y a pas de lieu plus égalitaire que l’amour. L’amour est vérité et tout le monde est égal face à la vérité.

De nombreuses amitiés défaillissent après quelque temps. Dans la majorité des cas, cette défaillance se révèle dès que l’une ou les deux parties s’enorgueillissent. Dès que l’une ou les deux parties veulent posséder, ou se confortent dans un sourd sentiment de supériorité. Dès que l’une ou les deux parties adoptent une position paternaliste il n’y a plus d’écoute. Dès qu’il ne peut plus y avoir de véritable écoute, dès qu’elle est soumise à un jugement de valeur, une hiérarchie invisible et non-dite, mais pleine et entière, s’installe. Il n’y a plus le minimum requis pour se parler et s’entendre. La parole ne fait plus sens.

1- On sait aussi que l’on peut dans cette offrande de saint Paul remplacer le mot amour par le nom de Jésus. On se plaira à réciter ces stances ainsi et de s’en imprégner.

Traduction de l’auteur de la Première Épitre aux Corinthiens de Saint Paul (1 Co 13, 1).

2- Péguy, Le Porche du Mystère de la deuxième vertu.

Leçons de Haïkus

Pour écrire un haïku, il faut impérativement respecter quatre qualités :

  • Sabi : la simplicité et la conscience du temps qui passe et qui altère les choses et les êtres
  • Sh?ri : la capacité à suggérer l’amour des choses humbles
  • Hosomi : la découverte de la beauté du quotidien
  • Karumi : l’humour qui allège la gravité des choses

Oshio Heihachiro, Samurai Rebellion

Ymmärtää täysin Oshio Heihachiron toiminta, on ymmärrettävä, että ne sanelevat vallankumouksen vastainen luonne ja tahto. Mikään Oshio Heihachiron asenteessa ei halua heikentää vakiintunutta järjestystä. Oshio Heichachiro tietää täydellisen järjestelmän, mutta myös toimiva. Mikä tekee järjestelmästä vähemmän tehokkaan, on enemmän ihmisissä kuin itse järjestelmässä.

Oshion viha kohdistuu miehiin, siihen, mikä vioittaa järjestelmää.

Uskotaan, että hedelmässä oleva mato on kaikkien pahojen syy, tämä on filosofia, joka on aina seurannut vallankumouksiamme. Kuka haluaa hukuttaa koiransa, syyttää häntä raivotaudista…

On länsimaista ylimielisyyttä, joka uskoo ihmisen olevan erehtymätön. Tämä länsimainen ylimielisyys on ollut ja on edelleen sen anti-perinteisen luonteen ydin. ; ja se on jatkuvasti löysä kasvualusta tasa-arvoisen yhteiskunnan tahdolle.

Jatka lukemista “Oshio Heihachiro, Samurai Rebellion”