Oratio morbi interdum

(Rituale Romanum extrahunt, titulus III, Caput X)

V. dominus, Nos tractare, non secundum peccata nostra.

R. Et ne imponas nobis neque secundum iniquitates nostras.

V. Adjuva nos, Per Dominum nostrum Jesum.

R. Et propter gloriam nominis tui, dominus, libera nos.

V. dominus, Non memini iniquitatibus nostris antiquis.

R. Sine mora monent nos misericordias vestra, parce que nous sommes réduits à la dernière misère.

V. ora pro nobis, S. Sebastianus.

R. Ita et nos can adepto ut promissa Christi Iesu.

V. dominus, exaudi orationem meam;.

R. R. Et clamor meus ad te resurgemus.

V. Dominus vobiscum.

R. Et cum mens.

audi nos, Per Dominum nostrum Jesum, et intercedente beata et gloriosa semper virgo Maria, Mater Dei tui et beati Sebastiani martyris omnium sanctorum, et irae tuae terroribus libera de donis misericordiam securi….

Et omen Domine supplicationibus nostris, et animarum nostrarum et corporum nostrorum; ipse languores, ut ab illis, simus semper est effectus ex suis bonis et in gaudium…

Rogamus te ut det nobis Dominum nostrum, supplices rogamus ac effectus est, ut mortalis alma maritis, et plaga off, ut corda hominum, qui intelligunt et sentiunt tales pestes ab indignatione tua, et fluere cessaverit, misericordiae tua. Par le Christ Notre-Seigneur.

Antigone, et rebelles intimus (7/7. Amare)

7ème et dernière partie: Amare

Antigonam efferebat cupiditatem autem rem domesticam nouerant, elle ne veut pas laisser son frère sans sépulture; Créon, eius, et virtutem eius ostendit, ut rex ipse vult esse. Oedipus Rex favet amori et necessitudines, quae involvunt quod sit revelare. Subscribens suam esse dicat actum Creo a potentia, oportet quod de jure constituere sua auctoritate. Un même mot caractérise leur action: cupiditatem. Desiderium aliarum nescit voluntatem, non poterant credere,, praesertim si demens studium se tentatur, Cupio cupiat aliquantum inventa. Inter Creo atque ferebat Antigone miseranda, est mensura cupiditatum sunt, quae comitum. Facie ad faciem, Oedipus Rex Creon dabit proventus amplitudinem quorum vota praesentat infelicitatis quod modeste occurrant. Mais la source du désir d’Antigone est-il encore compréhensible de nos jours? quidem, Antigonam efferebat desiderio, cuius desiderio hac fundatur in iustitia, facere iudicium fieri Reliquias fratre deos, Hoc votum in virtutemque suam haud plene capit, quia civitas, et civitatem et familiam in enrolls, vision reducta urbis, et in credendi, Innitetur super deos ferebat Antigone miseranda challenge vocitatque Creonta. Oedipus Rex exprimere non propria voluntate, lex aeterna est ipsa defendit,, defendit se dicere illud officium, antequam praedicare virtutem videatur supra. Depuis quand n’entendons-nous plus qui que ce soit s’ériger dans l’espace public pour clamer son devoir au prix de sa vie? Le pire? Ad hoc silere nos got, Renuntiatio hanc, legibus transcendentalibus, non amplius tantum dic, et ita factum est nihil contra leges corrigere et circumstant quasi sterquilinium in aquam. Singulis civitatibus qui intra munitionem loci custodiebat quoniam cogi disiecta crescere. L’individu ressemble maintenant à un électron fou qui ne peut se construire que des bourrasques de vent qui l’épuisent et le déboussolent sans cesse et effacent jusqu’au goût du sens à donner à sa vie. Socialis vitae fundatur in lege, et lex solus, sed ex hominibus locorum sine iure pares terraneis fractus odiosam macello. Vestrisne Creon habet potestatem. Antigone, Philoctetes est filia. Tota quando habens, tenere, Durum enim est, Ferebat Antigone miseranda viri humiliabit - cum aestimanda - ipsum modicum. Methodica omnium interitu metaphysicae simile scelus homines. Fortasse maxima orbis terrarum notum est semper. Quia uno click, Ego iustus opus est scire possum acquirere omnia meo desiderio satis faceret. On comprend aussi que ce désir individuel que plus rien ne protège de son appétit n’accepte aucune limite et surtout pas celle posée par autrui; tanta cupido est, appetitus perversae, avili.

Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (7/7. Amare)”

Le clivage selon Créon

Vestrisne Creon dividit in duas familias suas interlocutors, qui eum qui secum. Jam imminet licetur et dicentium. La force le contrôle, quand la force ne doit jamais servir qu’à protéger, et il en est toujours ainsi de ceux qui se livrent corps et âme à la volonté de puissance. Manier la force comme pouvoir, c’est croire que la peur est le moteur du pouvoir et instaure l’autorité quand celle-ci s’apparente plus à la caresse d’un parent sur la joue de l’enfant après une bêtise actée. Si le pouvoir règne en pratique, semper autem necesse est esse auctoritatem qua ille de mane credunt se ipso contentus sit. Vestrisne Creon non scit quod loquitur, aut certe ubi est ille de quo modo designat locum imaginatum pervenit: et in conspectu ejus adventu, et qui non est eo quod est per ipsum. Sicut si esset rex,, Creo non ex carne eorundem, et ante diem coronationis os genetica. Créon s’accole et s’attribue une identité de roi qui oublie d’où il vient et ce qu’il doit à son passé qui se trouve effacé par son avènement au pouvoir. Si idem evadit inquisitionem partim ab eius constructionem sapores eligendum, totum iter idem, et praeexistit, apud nos ante nos. Trop d’identités s’écrivent de nos jours, en se cristallisant sur ce fond ou seulement sur la recherche, quand l’équilibre préside à l’identité.

Qu’est-ce qu’être hors-sol ?

Quod exemplum in natura humana est maxime relucent in Novum Testamentum, cum et in Iesu Christo Petri Petri, et simul loqui cum domino fieri iubet credere, qui misit Adoram filium suum ad esse omnino non ficta. haec, Jésus lui annonce que le coq n’aura pas chanté qu’il l’aura renié trois fois. Le premier endroit d’où parle tout homme est celui-ci : sa faiblesse. Hoc quidem posito ac omnes fines scriptor, non pas toujours pour s’y résoudre, mais aussi pour les surmonter, virium ad rationem, nec quid quam credimus. Quis est homo qui non in infirmitatibus meis, Quis non meminit illis, qui ne les prend pas en compte est hors-sol comme on a pris l’habitude de le dire de nos jours. Hors-sol signifiant que l’on est nourri par un pâturage qui n’est pas le nôtre, que l’on renie son pâturage pour trouver tout autre pâturage que le sien meilleur, car autre. Hors-sol signifie aussi que les propos reçus pourraient être obtenus partout ailleurs dans le monde sans que cela pose problème, hi radices non esse verba,, traduisible en toute langue et exportable tel un « framework » en informatique. La formule « hors-sol » interdit de répondre à la question « d’où parles-tu ? » et la première formule aime à brocarder la seconde comme identitaire ou d’« extrême-droite ». Saepe ictos wanting in hac quaestione, nobis sui tergebat eum. In futurum sit quaerere, ubi fieri potest esse et non sunt locuti, car on aura atteint un tel niveau d’abstraction et de déracinement que cette question n’aura même plus de sens.

Spectacle “Mais toujours reviennent des temps…” – 2ème Régiment Etranger d’Infanterie (1991)

Spectacle « Mais toujours reviennent des temps… » — 2ème Régiment étranger d’infanterie (1991) autem Emmanuelis De Rossetti sur Video.

Le 31 août 1991, le 2ème Régiment étranger d’Infanterie fêtait au cours d’une cinéscénie exceptionnelle son 150ème anniversaire, la bataille d’El Moungar et son retour de l’opération Daguet, la première Guerre du Golfe. 30 000 spectateurs nîmois assisteront à cet événement qui commença dans la journée avec les légionnaires habillés en costumes authentiques placés dans les conditions et les décors de différentes époques, et qui se poursuivra tard dans la nuit avec le spectacle proprement dit joué par François Gamard, Jérôme le Paulmier et Richard Bohringer1 en façade du stade des Costières (180 mètres de scène!).

Continue reading Spectacle “Mais toujours reviennent des temps…” – 2ème Régiment Etranger d’Infanterie (1991)”

Antigone, et rebelles intimus (6/7. vocatio)

 

Stories about Quod identitas! Heroicis neque Graecus non est sermo in tragoedia uel in. Ex identitate Antigone tempore existentibus ad urbem aciem. Idem radices imbuantur. Familia et civitas convenit alteri prope mensuram scire quanta per se primo. in antiquis, nemo queri debuit, non ad sua identity, et non placuit sua identity. Non est indutus ornatu. Les hommes relevaient de leur identité. Ex identitate affine fuit onus, dignos nos esse. Illa rexit, et factus est. Tempus recens fecit provocatio, quia idem non mutatum, quod vos can operaretur quasi effectum vel abdicare. In hodiernis phantasia omnia credimus velit tempus, cum implacabilis ratio temporum locum habet quod per. Sed haec ratio, cette idéologie a ses limites: quaedam, quae potest esse acquisita,, inter eos: alterum. Vivere sua identity, et quid unus est, invocetur nomen ejus:, et altior cognitione sui ipsius, et ideo permisit Privacy, altera haec requisita ad congressum. Prima in eo loco sita inter Antigonam Creontis, pugna terram quae aedificatur, Hoc est donum Dei veteres custodit in ancoris iactis ferebat Antigone miseranda, deorum, eadem vero auctoritate definit cui innititur huic stare, parens filio, rex, et qui dimissam excaecatur ad potentiam voluntatis audire vocem suam, vocis eius. Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (6/7. vocatio)”

À l’aune des valeurs

L’autorité a perdu ses lettres de noblesse en même temps que l’humilité. L’autorité est devenue un synonyme d’ordre implacable, animi fortitudinem,, imperium. Quelle inversion des valeurs ! Alors que l’autorité selon Antigone empêchait la tyrannie ! L’époque moderne a cette impression de l’autorité parce que celle-ci a été foulée aux pieds par des hommes qui s’en sont servi ; cum potestate usus est,. Mais l’autorité a-t-elle été abimée par ces expériences désastreuses ? Ab homine laedi non lacus. La fidélité se déploie au-dessus de Saint Pierre sans qu’il en soit capable. La fidélité se déploie au-dessus de la trahison car elle l’englobe. In fidelitate positum est in iniquitate. La trahison ne porte en elle aucun sens sinon sa propre satisfaction. Toute valeur dit aussi l’indécision et l’incertitude au sein de l’homme. Custos et aliquo tecto. Non necesse est eligere,, la valeur s’adapte à notre faiblesse puisqu’elle précède nos incertitudes. Le monde moderne confond l’autorité et le pouvoir en leur faisant porter les mêmes plaies et les mêmes peines. Il fallait ôter Dieu de tout. Ni les antiques ni les contemporains ne comprendraient, mais cela importait peu, ils comptaient pour rien à présent. Si jamais Dieu ne partait pas, ut non interficeret. Le XXe siècle s’est voulu le temps de la mort de Dieu. Occidat morte notionem. Il aura surtout créé une nouvelle anthropologie reposant sur le suicide.

Postface (de Georges Mathieu)

Si lesmalheurs de la France sont exemplaires”, il nous faudra trente ans pour nous relever du dernier : celui du laxisme de la droite conjugué au sectarisme de la gauche. Nous subissons, depuis près d’un demi-siècle, le terrorisme d’une intelligentsia gangrenée successivement par le marxisme, le léninisme, le maoïsme, le socialisme, la social-démocratie, sans oublier le capitalisme taré, auquel s’ajoute depuis le terrorisme artistique qui a mis au cœur de son credo la subversion, la provocation et le dérisoire pour tenter d’écraser les valeurs fondées sur la beauté. Tant qu’il n’y aura pas un retournement total des finalités de nos activités, tant que nos gouvernants s’obstineront à considérer l’expansion économique comme un objectif suprême au lieu d’accorder le souci primordial de leurs préoccupations à la dimension esthétique de nos vies, il n’y aura pas de vraie civilisation.

Postface :

Cette postface de mon cher ami Georges Mathieu (1921-2012) à son livre, Le massacre de la sensibilité paru aux éditions Odilon Média en 1996, n’en finit pas de survenir

Antigone, et rebelles intimus (3/7. fate)

IMG_0554

 

3t parte, : fate

Homo de ligno. ad hominem, quasi lignum, sive de pomis arborum radices Definitur etiam bene. ad hominem, quasi lignum, secundum elementa externa et interna adultae. L’homme ressemble à ce tronc sculpté par les épreuves s’appuyant sur ses racines et portant des fruits plus ou moins beaux, melius vel peius,… Et plantae similes in fine hominis,. Canalibus aquarum, quod fructum suum nutrit radicibus obliquat, foliis dolor lucidum, toute cette vie qui s’engouffre et circule nous rappelle de manière irrémissible la condition humaine. Metaphora est a familia in ligno. Germen folia et fructus,, crescit in historia hominis et familiae metaphoricus. Quelles fées maléfiques présidaient à la naissance de la famille des Labdacides dont descend Antigone? N’importe quelle belle conscience de nos jours y verrait une calamité et une explication pathologique des décisions d’Antigone. Comment cette petite Antigone devient-elle ce fruit héroïque en naissant sur un tronc si plein de stigmates et meurtrissures? Spiritus et continua familiae, quia et dux sortis et obtusum, repente, Antigone, hoc est a straitjacket, liberat hoc familia straitjacket, et percussit camisole, et dimitte compleat fatalibus. Quel prodige! procul, ramus eius amplectentem eorum, adhuc duo laminas respiciunt idem,, Quomodo differunt accedere simpliciter. Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (3/7. fate)”

Antigone, et rebelles intimus (2/7. in planctum)

IMG_0959-1024x768

2t parte, : in planctum

— «Carissimi Ismene. Habeo tibi dicere mane curavi omnia. Accepi eodem rogo pro fratribus. Je ne pouvais pas choisir et comme nos frères n’ont pas laisser de dernières volontés, Tuli fixa in promptu quamprimum. Non tamen ut sint ordinatae a serventur presentable. Si vos volo ut videre, et erit paratum ad 15 horis. Tu non es obligatus. tandem, Si vos can take decem minutes, quod sit bonum,. Forte melius habere imaginem beatos, ut filii. Ego idem exemplar ad urn duo. Sacerdos antequam veniat sermo a funere et cremationem. Venienti funere iussi. te videre, Et omnia tractari. Eteocles sepultus est in coemeterio, quod est sita XXX minutes of Alexandria capta National. et Polynices, rhoncus patruus suus legi patrum nostrorum, Créon. Placuit regi pandere aciem non vult in pulverem sepeliri. Et facit sensu,, non? Dic mihi, quid tibi, Hoc ego non cesso. » Ce portrait d’Antigone vivant au XXIe siècle livrant les dépouilles de ses frères au chargé des pompes funèbres résume le rite des funérailles de nos jours. Inutilis facta cum familia Beneluxiensium. Les funérailles ne s’inscrivent guère plus dans la tradition familiale. Le monde moderne se rassérène en employant la formuleet sensus, comme la traduction de l’expression anglo-saxonne se fait entendre de nos jours, et comme il est si réconfortant de se le répéter sans que cela ait vraiment de… sens, quid in eo fere modo per accidens invenitur mini-, qu’est-ce que ces sens Cutis luctus qui s’invitent sans qu’on n’y soit pour rien ou presque, aliter in residua parte praeteriti, in sensu communi,, et bonum in sensu a saeculis sculpsit? Per mortem in familia, transmissio inter generationes deesse, actus nostros sensus amittitur, necesse est igitur invent quod, oportet, ut quod, iterum tibi ad speciem viventium, non penitus abdicavit,. Insidiarum innititur in ignorantia,, et hic, non uno die date circumscripsisti. Quid a genere mortis, hoc sensu nunc fere penitus oblitus, revocatur in Antigone Sophoclis fabula, vt pote pro bona custodia dimitti, hominem ex animalibus, ut protegere. Antigone, confirmare potest, et quod non; adprehensumque deosculatur rsquo d; atque praesidium magister volumus a tempus sit amet; tempus iam credita est Tortores certifiés remplaçant de la famille, singulorum necessitudines inter eos, qui faciunt ea, et tenuis, a tempore,.

Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (2/7. in planctum)”