Kirje ystävälleni Alvaro Mutis

Alvaro-Mutis

Yksi päivä vuosia 90, kävelimme kadulla, lähdimme pyhien isien hotellilta, ja Alvaro Mutis1 lopetettu kuollut. Olimme melkein nurkan takana rue de Grenelleltä, ja hän kertoo minulle : «Emmanuel, Tuntuu siltä, ​​että kävelimme yhdessä kauan sitten Cadizin kadulla. Ja meillä oli sama keskustelu. "Myönnän, etten enää muista sanojamme. Olen varma, oliko Alvaro Mutis vielä tässä maailmassa, hän muistaa.

Alvaro Mutisilla oli erityinen suhde elämään. Hän asui käsittelemällä muistoja ja välitöntä todellisuutta. Hän asetti aina yhden jalan toiseen ja toisen jalan toiseen. Hänen kotinsa, nämä kaksi maailmaa eivät jätä toisiaan, he olivat lähellä, olivat menossa purkitettuihin, kuten siamilainen, kuin yksisuuntainen elämä, parhaalle. Alvaro Mutis eläi elämänsä ja muut elämänsä, elämää, jonka hän oli asunut aiemmin, tai että hän eläisi myöhemmin. Alvaro Mutis asui enimmäkseen, à tout moment, mukana nuori poika, tätä vielä lasta kutsuttiin Alvaritoksi, hän oli kaikissa päivämäärissämme. carmen, Alvaro vaimo, hyväksyi hänen läsnäolonsa, vaikka se ei olisi hänen poikansa. En ole koskaan tavannut ketään, kuten Alvaro Mutis. Tarkoitan hänen läsnäoloaan, hänen läsnäolonsa lapsena saman tietyn ikäisen aikuisen vieressä oli jotain pelottavaa ja kiehtovaa. Sanoin hänelle usein. Sanoin hänelle, että Bernanos, että hän rakasti, Hänen piti myös elää tällä tavalla nuoren itsensä ruumiillistuneena jälkeläisen kanssa.

Tulen tänne kertomaan mitä tiedän Alvaro Mutisista, kirjoittanut Maqroll el Gaviero ja muutama muu… Muutama viimeinen vuosi on ollut hidasta ja pitkää. Vastasimme paljon vähemmän. Hän ei enää kirjoittanut. Hän ei ollut kirjoittanut niin kauan. Vapina oli ollut etusijalla. Tietty tyhjyys myös. Kaikki oli tuomittu katoamaan kuin kuolleen puun kanto katosi viikossa Amsudin kosteassa uunissa. Kaiken piti tapahtua, ja tämä elämän spektaakkeli toiminnassa ei ole koskaan lakannut hämmästyttämästä Alvaro Mutisia yhdeksänkymmenen vuoden ajan, jonka hän vietti tällä maapallolla.

Jatka lukemista “Kirje ystävälleni Alvaro Mutis”

Alvaro Mutis monarkialla

Le paradoxe, assez douloureux pour moi, c’est que très jeune j’étais déjà royaliste. Je pourrais presque dire, depuis l’enfance. Mes premières lectures de l’histoire m’ont amené à chercher d’où venait et comment fonctionnait la monarchie. Je sais pertinemment que la monarchie, telle que moi je la conçois et d’autres époques l’ont vécue est désormais impensable.[…] Pour moi, un pouvoir qui vient d’une transcendance, d’une origine divine, et qui est assumé comme tel par le roi, comme une obligation devant un être et une instance supérieure aux hommes, est nettement plus convaincant. De cet engagement du roi viennent la source, l’orgigine, la raison de ce pouvoir qui est le sien sa vie durant, ainsi que le droit de ses fils à hériter de ce pouvoir, après la cérémonie du sacre. Cela me paraît nettement plus acceptable, et je communie et vis avec cela nettement mieux qu’avec des lois, des règlements, des codes approuvés par un consensus majoritaire, auxquels je dois me soumettre et qui ont été créés par des hommes à mon image. Que la majorité s’accorde sur le fait que la société doit être comme ci ou comme ça, pour moi ça ne signifie absolument rien. Pour que cette société mérite mon respect, pour que je men sente concerné par elle et qu’elle ait droit à mon respect, il faut qu’elle soit d’origine supérieure, et non le fruit d’un processus logique, remâché et préparé par un groupe d’hommes qui se disent les représentants de la majorité de la population. Car à mon avis, il s’agit alors de la tyrannie la plus abominable qui puisse exister.

Extraits de Souvenirs et autres fantasmes, livre entretiens avec Eduardo Garcia Aguilar, Editions Folle Avoine.

Ote Le Hussard. Poème d’Alvaro Mutis

[…] Le moût centenaire du vin, que l’on arrose d’eau dans les celliers.
La puissance de son bras et son ombre de bronze.
Le vitrail qui relate ses amours et rappelle sa dernière bataille se noircit chaque jour un peu plus sous la fumée des lampes nourries d’une mauvaise huile.
Pareille au hurlement d’une sirène qui annonce aux bateaux un banc de poissons écarlates est la plainte de celle qui l’a plus que toute autre aimé,
celle qui a quitté son foyer pour dormir contre son sabre glissé sous l’oreiller et baiser son ventre dur de soldat.
Pareille aux voiles d’un navire qui se gonflent ou s’affaissent, pareille à l’aube qui dissipe le brouillard sur les aérodromes, pareilles à la marche silencieuse d’un homme pieds nus dans un sous-bois s’est répandue la nouvelle de sa mort,
la douleur de ses blessures ouvertes au soleil du soir, sans pestilence, mais avec toutes les apparences d’une dissolution spontanée.
Toute la vérité n’est pas dans ce récit. Manque dans les mots tout ce qui constitua la cataracte ivre de sa vie, le défile sonore des meilleurs de ses jours qui ont motivé le chant, sa figure exemplaire, ses péchés comme autant de monnaies précieuses, ses armes efficaces et belles.

Extrait du poème Le Hussard paru dans Les Éléments du désastre, Editions Grasset. Journée d’hommage à Alvaro Mutis, extraordinaire conteur, immense écrivain, formidable ami.

nokturni. Poème d’Alvaro Mutis

La fièvre attire le chant d’un oiseau androgyne
ouvrant la voie au plaisir insatiable
qui se ramifie et traverse le corps de la terre.
Oh ! l’infructueuse navigation autour des îles
Où les femmes offrent au voyageur
la fraiche balance de leurs seins
Et l’entendue terrifiante au creux de leur hanches !
La peau tendre et lisse du jour
se défait comme la coque d’un fruit infâme.
La fièvre attire le chant des puisards
où l’eau entraîne les ordures.

Avec le poème Nocturne paru dans Les Éléments du désastre, Editions Grasset, je commence cette journée d’hommage à Alvaro Mutis, extraordinaire conteur, immense écrivain, formidable ami.

Encore une escale

Alvaro Mutis est un très grand écrivain et ce qui ne gâte rien l’un de mes très chers amis. Comme il ne publie plus de livres depuis quelques années, j’ai pensé lui rendre un petit hommage à travers des citations deLa dernière escale du Tramp Steamer”, ce court roman est tout empli de la grâce que la lecture d’Alvaro Mutis procure. Pour re-découvrir l’écrivain colombien.

Jatka lukemista Encore une escale…”