Hannah Arendt sur le fonctionnalisme des sciences sociales

Je ne crois pas que l’athéisme soit un substitut ou puisse remplir la même fonction qu’une religion, pas plus que je ne crois que la violence puisse devenir un substitut de l’autorité. Mais si nous suivons les exhortations des conservateurs qui, en ce moment, ont une assez bonne chance d’être entendu, je suis tout à fait convaincu que nous n’aurons pas de difficulté à produire de tels substituts, que nous utiliserons la violence et prétendrons avoir restauré l’autorité ou que notre redécouverte de l’utilité fonctionnelle de la religion produira un ersatz de religion — comme si notre civilisation n’était pas suffisamment encombrée de toutes sortes de pseudos choses et de choses dépourvues de sens.

Hannah Arendt sur la vie humaine

Les théories modernes dont la raison d’être est de brouiller la nature de l’homme et d’ainsi lui donner une croyance surabondante en sa personne s’entretiennent de ce brouillage permanent. Ce brouillage permanent utilise la pensée de Simone de Beauvoir sur la vie humaine. Le brouillage permanent, le déracinement, l’infantilisationIl faut dire à l’homme qu’il est fort pour l’affaiblir, le pousser à succomber à toutes ses envies pour l’asservir. Le déraciner pour lui permettre de se croire seul maître de son destin. La vanité et l’orgueil feront le reste du travail.

« Ce n’est que dans la mesure où il pense (…), qu’il est unilet unquelqu’un”, que l’homme peut, dans la pleine réalité de son être concret, vivre dans cette brèche du temps entre le passé et le future. »*

* Hannah Arendt, La Crise de la culture.