Antigoné, lázadó és bensőséges (6/7. La vocation)

 

Ez a történet a személyazonosság! A szó nem jelenik meg sem a görög eposz sem tragédia. Az identitás idején Antigone hajlik a sorban, és tartozó város. Identity áthatja gyökereztető. A család és a város gyűlt össze egy virtuális szokásos teljes, amit a másik kellett tudni a maga során egy első ülés. során ókorban, senki tiltakozott a személyazonosságát sem kihirdette a, és senki sem akart személyazonosságát. Nem volt üzembe egy jelmez. Les hommes relevaient de leur identité. Az azonosító hasonlít egy terhelés, mi volt, hogy méltó. Ő irányította a lét, és egyre. A modern kor tette egy kihívás, mert átalakította a személyazonosságát van, egyfajta teljesítmény, amit a ruha értékesítésére,. A maga modern fantázia azt hinni, hogy mi lehet választani mindent minden alkalommal, modern idők helyett kérlelhetetlen módszer, hogy azáltal, hogy. Mégis ez a logika, cette idéologie a ses limites: bizonyos dolgokat lehet szerezni, parmi elles: másféleség. Élő személyazonosságát, lehet, amit az egyik, helyezze az ő nevét, hogy a magánélet és ezért a tudás és a mélyülő lényének, Ezek az előfeltételei a találkozót a többi. Az első különbség a Kreónt és Antigoné található az adott helyen, a földet, amelyen épült küzdelem, Antigone préserve ancré en elle ce don des anciens, az istenek, ezeket a gyökereket, hogy meghatározza a hatóság, amelyhez hajlik, hogy álljon fel ezt az embert, fiú szülő, király, aki feleségül az akaraterő és elvakítja, hogy nem hallja a saját hangját, a visszhang. Continue reading “Antigoné, lázadó és bensőséges (6/7. La vocation)”

Antigoné, lázadó és bensőséges (3/7. sors)

IMG_0554

 

3nd rész : sors

A férfi le a fáról. a férfi, mint a fa, is meghatározza jól gyökerei vagy gyümölcs. a férfi, mint a fa, attól függ, hogy a külső és belső elemek termőképes. L’homme ressemble à ce tronc sculpté par les épreuves s’appuyant sur ses racines et portant des fruits plus ou moins beaux, jobb vagy rosszabb… A hasonlóságok között a növények és az ember végtelen. A víz, amely táplálja a gyökereket, hogy napfény öntözés gyümölcs, oxigén áradt a levelek, toute cette vie qui s’engouffre et circule nous rappelle de manière irrémissible la condition humaine. A fa egy családi metafora. Palánta gyümölcsök és levelek, metaforája a történelem az ember és a család nő. Quelles fées maléfiques présidaient à la naissance de la famille des Labdacides dont descend Antigone? N’importe quelle belle conscience de nos jours y verrait une calamité et une explication pathologique des décisions d’Antigone. Comment cette petite Antigone devient-elle ce fruit héroïque en naissant sur un tronc si plein de stigmates et meurtrissures? A légzés és zavartalan útmutató sors és tompa, hogy a családi és, hirtelen, Antigone szabadul ettől a kényszerzubbony, megszabadítja a családja ezt kényszerzubbony, legyõzte kombiné, és kiegészíti utasítsa sors. Quel prodige! távolságból, kapaszkodott az ág, két lapot is ugyanúgy néznek ki, Mégis csak megközelíteni, hogy miben különböznek. Continue reading “Antigoné, lázadó és bensőséges (3/7. sors)”

Antigoné, lázadó és bensőséges (2/7. a temetés)

IMG_0959-1024x768

2nd rész : a temetés

— «Drága Ismene. Én ma reggel, hogy elmondjam, hogy elintéztem mindent. Én ugyanezt a temetést testvéreink. Je ne pouvais pas choisir et comme nos frères n’ont pas laisser de dernières volontés, Vettem a dolgokat kézben ez a fix a lehető leghamarabb. Még mindig rendelt embalmer úgy, hogy azok bemutatható. Ha azt szeretnénk, hogy nézd meg, kész lesz a 15 óra. Te nem köteles. végül, ha lehet venni tíz perc alatt, lehet jó. Talán jobb, hogy egy képet, hogy boldogok, így például a gyermekeket. Vettem ugyanazt a modellt urna két. A pap jön a temetés, és egy kis beszéd előtt hamvasztás. Rendeltem ő jön a temetésre. látod, Kezeltem mindent. Eteocles temették el a temető területén található mintegy harminc perc alatt Théba, hogy nemzeti. hogy Polynices, ez bonyolultabb a törvény a mi nagybátyja, Créon. Úgy döntöttem, hogy elterjedt hamvait a csatatéren, mint a király nem akarta, hogy eltemessék. Logikus, non? Mondja el, mit gondol, Nem állt ezen a ponton. » Ce portrait d’Antigone vivant au XXIe siècle livrant les dépouilles de ses frères au chargé des pompes funèbres résume le rite des funérailles de nos jours. A család már készült az ipari forradalom óta terméketlen. Les funérailles ne s’inscrivent guère plus dans la tradition familiale. Le monde moderne se rassérène en employant la formuleértelme, comme la traduction de l’expression anglo-saxonne se fait entendre de nos jours, et comme il est si réconfortant de se le répéter sans que cela ait vraiment de… sens, mert amit ezek a mini-talált értelme a földön majdnem véletlenül, qu’est-ce que ces sens Skin bánat qui s’invitent sans qu’on n’y soit pour rien ou presque, egyébként a maradványok a múlt irányába, a józan ész, egy jó értelemben faragott évszázadok? Keresztül a pusztítás a család, nemzedékek közötti átadáshoz hiányzik, értelmében tetteink elveszett, ezért feltalál jelentés, kell csinál jelentés, meg kell adni az illúziót élő ismét, hogy nem teljesen lemondott. Trükk dől tudatlanság, és itt is, A csalás nem nyúlnak egy nap. Jelentése megegyezik a halál a családban, Ebben az értelemben szinte teljesen feledésbe merült, Emlékeztetőül az Antigoné Szophoklész játék, ahol áll őreként értékek engedje, mivel ezek védik az emberek állatokból. Antigone megerősíti azt, amit az ember tud, és nem; megragadja d-ezte erő, hogy megvédjen minket a hatalom akarása és tanítani nekünk időt, hogy felelős; Egy idő manapság bízott szakemberek certifiés remplaçant de la famille, alkotó egyének, és csekély kapcsolatokat közöttük az idő.

Continue reading “Antigoné, lázadó és bensőséges (2/7. a temetés)”

Actualités de Hyppolite Taine

C’est un cuistre, le cuistre c’est l’esprit creux et gonflé qui parce qu’il est plein de mots se croit plein d’idées, jouit de ses phrases et se dupe lui-même pour régenter autrui. C’est un hypocrite qui se croit sincère, un Caïn qui se prend pour Abel.

 

Dans ce cerveau rétrécit, livré à l’abstraction, et accoutumé à parquer les hommes en deux catégories sous des étiquettes contraires, quiconque n’est pas avec lui dans le bon compartiment est contre lui dans le mauvais, et dans le mauvais compartiment entre les factieux de tous drapeaux et les coquins de tout de grée, l’intelligence est naturelle. […] Tout aristocrate est corrompu et tout homme corrompu est aristocrate.

 

La gauche qui naît à la Révolution affiche un totalitarisme qui, s’il est larvé parfois, n’en est pas moins toujours présent ; il repose sur la haine de ce qui ne pense pas comme elle.

Hyppolite Taine dans ses Origines de la France contemporaine décrivait ainsi Robespierre. Mais si à la place de Robespierre, on mettait Hollande, Valls, ou pis encore Taubira, ce portrait leur irait comme un gant. D’autant que cuistre est masculin et féminin, il place ainsi tout le monde devant un pied d’égalité, cette notion si chère à cescuistres.

Antigoné, lázadó és bensőséges (1/7. a család)

Antigone-900x599

1fél korszak : család

Az első olvasat Antigoné, kétértelműség a fejében az olvasó. Antigone testesíti-e az intézkedés vagy a reakció? Mi mozgatja Antigoné? A reakció nem létezik önmagában, míg az intézkedés nem kell senkinek, ez jogos a törvény. Action mindig avat valamit. Ellentétben gyakran mondják, vagy gondolt, Antigoné nem várhatja el, hogy Kreón Antigoné. Mint Electra bosszú, NAUSICAA fogadására, Penelope hűség, Antigone testesíti adó. Az akció, mivel ez szolgál: beteljesedik a vám. Ez valósul meg a rabságban (úgy teszünk, mintha szabad elfelejteni, hogy a rabszolgaság úton lenni „slave”?). Ellentétben gyakran mondják, vagy gondolt, Antigoné nem egyéni. Ez soha nem áll egyedül. Ha a törvény Kreónt kitolja cselekvési, és ha úgy tűnhet reakció, ez csak a felszínen, puszta kronológia.

Continue reading “Antigoné, lázadó és bensőséges (1/7. a család)”

Simone de Beauvoir sur la vie humaine

« Déclarer que la vie est absurde, c’est dire qu’elle n’aura jamais de sens. Dire qu’elle est ambiguë, c’est décider que son sens n’est jamais fixé, qu’il doit toujours être gagné.* »

Formidable déclaration d’impuissance drapée dans une expression de la volonté de puissance ou comment l’envie doit régler, régenter la vie. Cette phrase est bien sûr un manifeste révolutionnaire. Simone de Beauvoir définit la lutte des classes et toutes les actions de la gauche depuis la Révolution française : l’envie comme acte de foi. L’envie est toujours fille de l’immanence. Simone de Beauvoir nous dit : « Dieu est mort, sachons à présent que nous sommes maîtres de nos vies et qu’elles s’accomplissent dans l’action. » En agissant ainsi Simone de Beauvoir fait fi de la religion mais aussi de la philosophie antique, elle affirme que la lutte permanente est la seule voie. Cette lutte permanente est entretenue par l’envie ; l’envie a cette force immarcessible, elle se nourrit aussi bien de ses défaites que de ses victoires. C’est la force maléfique par excellence. Elle affronte la vie.

La philosophie de la vie de Simone de Beauvoir est adulescente comme dirait Tony Anatrella, et de fait, elle est une négation de la vie car elle nie sa qualité et son épaisseur pour la résoudre en une lutte permanente et pathétique.

On y voit aussi la forme du modernisme. Cette action devient immédiatement une négation de la vie intérieure. Ou plutôt elle se veut un remplacement à la vie intérieure car il est fréquent d’entendre, par un spectaculaire retournement de sens, que l’action est la vie intérieure du militant. On comprend aussi que cette déclaration ne souhaite en rien trouver une solution, l’apaisement serait sa fin. Elle ne se complait que dans le vacarme et la violence.

*Une Ethique de l’ambiguïté.

La mort de l’intimité

arbre malade

Partout, sur Internet, dans les journaux ou à la télévision, l’expérience personnelle s’affiche, s’exhibe et se veut référence. Cette indécence repose sur une inversion des valeurs. Elle se fonde surtout et partout sur l’idée du même. L’idée du même pense : “J’ai vécu cela, mon expérience reflète un sentiment universel. Je veux dire ce que j’ai vécu. Je me pose en témoin incontournable”. C’est confondre l’universel et le général. Ce qui est oublié, incompris, c’est la différence qui réside entre chaque homme ; et chaque homme est singulier. Non pas singulier par ses orientations sexuelles ou par ses manies, mais intrinsèquement. Voilà bien un vieux concept neuf au début du XXIe siècle. Par son expérience, par sa culture et par sa nature, chaque homme montre une facette de l’Homme, et chaque facette est singulière. Créer à l’image de Dieu. Or il nous est impossible, sinon en regardant les hommes et en les considérant comme tous singuliers, d’embrasser Dieu. L’oublie de Dieu ramène au même. Chacun y va de sa contine qui, même si elle peut dire le tragique d’une existence, n’est qu’une contine car elle ne commence même pas à dire le tragique de l’Homme.

Continue reading La mort de l’intimité

Une petite histoire de l’Envie, du héros au bouc émissaire

4Le monde moderne ne cesse de nous présenter des boucs émissaires. Lance Armstrong, Richard Millet, Jérôme Kerviel, John Galliano, pour ne citer qu’eux, chacun dans un domaine, avec des causes et des raisons complètement différentes, ont récemment incarné le bouc émissaire, le fauteur justement châtié, l’empêcheur de tourner en rond remit à sa place. Le bouc émissaire est lié à l’égalitarisme, lui-même lié à l’envie. Du héros au bouc émissaire, seule l’envie ne change pas. Le monde moderne a le spectacle dans le sang, le bouc émissaire y a une fonction cathartique.

À l’heure de la démocratie moderne, tout passe par Twitter ou Facebook. La vraie information se trouve là. Ne pas être là équivaut à disparaître, à entretenir une vie dans l’ombre, une vie d’ombre. Sur les réseaux sociaux, il est permis le comble de la démocratie moderne : côtoyer l’idole, vivre avec l’idole, au rythme de l’idole, en connaissant tout d’elle, en la voyant au levé du lit, en l’embrassant en guise de bonsoir ; ne manque que le contact tactile. Cette proximité transforme le rôle de l’idole connue depuis toujours, elle le modifie à jamais. Si l’idole était une simple statuette, elle ne parlerait pas, ne répondrait pas, elle n’occuperait que la place qu’on lui laisse, elle rassemblerait sur son effigie toutes les images mentales que le cerveau peut produire. Le monde moderne ne connaît pas l’image mentale, il est au-delà du fantasme. Il hait ce qui est caché, sans parler de ce qui est secret. D’où cette expression souvent utilisée : le fantasme devenu réalité. Le fantasme — phantasms, l’image mentale pour le Grec antique — ne peut être, ne doit pas être, une réalité. Sinon l’horreur guette. Sinon nous ne pouvons que prier en attendant que tout reprenne sa place. Il y a un ensauvagement possible à côtoyer l’idole de trop près. Par cette proximité, le monde moderne a entrepris de créer un levier cathartique pour contrôler les consciences. L’idole peut être héros ou bouc émissaire, elle peut servir la société du spectacle et sa dictature molle. Elle permet aussi de remplir des cases : héros, bouc émissaire, déchu, condamné, victimeUne feuille de papier à cigarette sépare ces qualificatifs. Sur fond de moralisme, la société abat ses cartes et distribue les bons ou mauvais points. Tous les domaines sont touchés, mais certains plus « populaires » que d’autres sont affectionnés. Le bouc émissaire permet de se refaire une beauté, de donner le change, ou bien d’affirmer sa responsabilité et son incorruptibilité. Mais personne ne doit être dupe de tels stratagèmes. La société du spectacle est un simulacre de société qui repose sur l’intrusion, sur l’indécence et sur la délation.

Continue reading Une petite histoire de l’Envie, du héros au bouc émissaire

Notes sur Histoire du catholicisme

Notes à partir de Histoire du catholicisme de Jean-Pierre Moisset (chapitre 9 : Le choc de la modernité (mi-XVIIIe siècle — 1870).
p 394. Le rituel du toucher des écrouelles à l’issue du sacre, toujours pratiqué, perd de son crédit. De manière symptomatique, la formule d’imposition, la formule d’imposition des mains se transforment. Elle était « le roi te touche, Dieu te guérit » ; elle devient « le roi te touche, Dieu te guérisse ». Un autre signe de la mise à distance des certitudes anciennes et de l’émergence d’un nouveau rapport à l’autorité se trouvé dans la diffusion des pratiques contraceptives à partir du milieu du XVIIIe siècle, toujours en France.

Continue reading Notes sur Histoire du catholicisme

Notes sur la Révolution française

La plupart des citations concernant la Révolution française données dans cet article proviennent du livreHistoriquement correctde Jean Sévillia.

Soljenitsyne : « Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres, ils ne seront pas égaux, et s’ils sont égaux, c’est qu’ils ne sont pas libres. »

Il y a une idée révolutionnaire d’invention permanente qui perdure encore de nos jours. C’est une idée qui est aussi contenue dans l’idée de Progrès. Que tout reste encore à inventer. René Guénon disait : ” Il n’y a pas d’idées neuves sur terre. “

Robespierre : « Si Louis peut être le sujet d’un procès, il peut toujours être absous ; il peut être innocent : que dis-je ? Il est présumé l’être jusqu’à ce qu’il soit jugé ; mais si Louis peut être présumé innocent, que devient la Révolution ? »

Westermann à la Convention : « Il n’y a plus de Vendée : elle est morte sous notre sabre libre. J’ai écrasé les enfants sous les pieds de nos chevaux, massacré les femmes qui n’enfanteront plus de brigands. Je n’ai pas un prisonnier à me reprocher. J’ai tout exterminé. »

Carrier (après avoir noyé 10 000 innocents dans la Loire) : « Nous ferons de la France un cimetière, plutôt que de ne pas la régénérer à notre façon. »

« Il faut que la Vendée soit anéantie parce qu’elle a osé douter des bienfaits de la liberté. »

Continue reading Notes sur la Révolution française