Antigone, et rebelles intimus (7/7. Amare)

7ème et dernière partie: Amare

Antigonam efferebat cupiditatem autem rem domesticam nouerant, elle ne veut pas laisser son frère sans sépulture; Créon, eius, et virtutem eius ostendit, ut rex ipse vult esse. Oedipus Rex favet amori et necessitudines, quae involvunt quod sit revelare. Subscribens suam esse dicat actum Creo a potentia, oportet quod de jure constituere sua auctoritate. Un même mot caractérise leur action: cupiditatem. Desiderium aliarum nescit voluntatem, non poterant credere,, praesertim si demens studium se tentatur, Cupio cupiat aliquantum inventa. Inter Creo atque ferebat Antigone miseranda, est mensura cupiditatum sunt, quae comitum. Facie ad faciem, Oedipus Rex Creon dabit proventus amplitudinem quorum vota praesentat infelicitatis quod modeste occurrant. Mais la source du désir d’Antigone est-il encore compréhensible de nos jours? quidem, Antigonam efferebat desiderio, cuius desiderio hac fundatur in iustitia, facere iudicium fieri Reliquias fratre deos, Hoc votum in virtutemque suam haud plene capit, quia civitas, et civitatem et familiam in enrolls, vision reducta urbis, et in credendi, Innitetur super deos ferebat Antigone miseranda challenge vocitatque Creonta. Oedipus Rex exprimere non propria voluntate, lex aeterna est ipsa defendit,, defendit se dicere illud officium, antequam praedicare virtutem videatur supra. Depuis quand n’entendons-nous plus qui que ce soit s’ériger dans l’espace public pour clamer son devoir au prix de sa vie? Le pire? Ad hoc silere nos got, Renuntiatio hanc, legibus transcendentalibus, non amplius tantum dic, et ita factum est nihil contra leges corrigere et circumstant quasi sterquilinium in aquam. Singulis civitatibus qui intra munitionem loci custodiebat quoniam cogi disiecta crescere. L’individu ressemble maintenant à un électron fou qui ne peut se construire que des bourrasques de vent qui l’épuisent et le déboussolent sans cesse et effacent jusqu’au goût du sens à donner à sa vie. Socialis vitae fundatur in lege, et lex solus, sed ex hominibus locorum sine iure pares terraneis fractus odiosam macello. Vestrisne Creon habet potestatem. Antigone, Philoctetes est filia. Tota quando habens, tenere, Durum enim est, Ferebat Antigone miseranda viri humiliabit - cum aestimanda - ipsum modicum. Methodica omnium interitu metaphysicae simile scelus homines. Fortasse maxima orbis terrarum notum est semper. Quia uno click, Ego iustus opus est scire possum acquirere omnia meo desiderio satis faceret. On comprend aussi que ce désir individuel que plus rien ne protège de son appétit n’accepte aucune limite et surtout pas celle posée par autrui; tanta cupido est, appetitus perversae, avili.

Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (7/7. Amare)”

Antigone, et rebelles intimus (5/7. auctoritas)

image

5t parte, : auctoritas

In Graecia, sciant se agnoscere familiaris oculis, carorum eorum, suae civitatis. Speculum sinistra illius pulchritudinem Women reservare, feminei sexus, stuprum. Reflexio sit ubique. « Là n’est pas de lieu qui ne te voit » écrit Rilke. Peut-on exister sans reflet ? Peut-on avoir conscience sans se connaître ? Quis non videt in speculo imago metu occupatus. Imago autem fit deinceps, facere ut obliviscatur nos non sumus. Si autem quod non videmus, audimus, quod ad tactum resonat in nobis, et etiam somnia. Ut fugit imaginem videmus. Ita mulier viri non perdet illam inaptat in Speculum in quo bases illius est. somnium, binomium memoria,, abscondit, et numbs. Qu’a-t-on vu et quand ? Et vultus, et considerate, et imagination ac ita non possunt esse disiuncta. Cum esset et sciret quia confundatur inter se Graeci. Vide, nosse se ..., sed non nimis, mirum est si, in sensu prohibendo aliquarum nauium ex, teneant de fractura, metus etiam portus suos, Ille se torquet exterminat, et il est bien le seul « animal » dans ce cas.

Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (5/7. auctoritas)”

Qu’est-ce qu’être hors-sol ?

Quod exemplum in natura humana est maxime relucent in Novum Testamentum, cum et in Iesu Christo Petri Petri, et simul loqui cum domino fieri iubet credere, qui misit Adoram filium suum ad esse omnino non ficta. haec, Jésus lui annonce que le coq n’aura pas chanté qu’il l’aura renié trois fois. Le premier endroit d’où parle tout homme est celui-ci : sa faiblesse. Hoc quidem posito ac omnes fines scriptor, non pas toujours pour s’y résoudre, mais aussi pour les surmonter, virium ad rationem, nec quid quam credimus. Quis est homo qui non in infirmitatibus meis, Quis non meminit illis, qui ne les prend pas en compte est hors-sol comme on a pris l’habitude de le dire de nos jours. Hors-sol signifiant que l’on est nourri par un pâturage qui n’est pas le nôtre, que l’on renie son pâturage pour trouver tout autre pâturage que le sien meilleur, car autre. Hors-sol signifie aussi que les propos reçus pourraient être obtenus partout ailleurs dans le monde sans que cela pose problème, hi radices non esse verba,, traduisible en toute langue et exportable tel un « framework » en informatique. La formule « hors-sol » interdit de répondre à la question « d’où parles-tu ? » et la première formule aime à brocarder la seconde comme identitaire ou d’« extrême-droite ». Saepe ictos wanting in hac quaestione, nobis sui tergebat eum. In futurum sit quaerere, ubi fieri potest esse et non sunt locuti, car on aura atteint un tel niveau d’abstraction et de déracinement que cette question n’aura même plus de sens.

Antigone, et rebelles intimus (6/7. vocatio)

 

Stories about Quod identitas! Heroicis neque Graecus non est sermo in tragoedia uel in. Ex identitate Antigone tempore existentibus ad urbem aciem. Idem radices imbuantur. Familia et civitas convenit alteri prope mensuram scire quanta per se primo. in antiquis, nemo queri debuit, non ad sua identity, et non placuit sua identity. Non est indutus ornatu. Les hommes relevaient de leur identité. Ex identitate affine fuit onus, dignos nos esse. Illa rexit, et factus est. Tempus recens fecit provocatio, quia idem non mutatum, quod vos can operaretur quasi effectum vel abdicare. In hodiernis phantasia omnia credimus velit tempus, cum implacabilis ratio temporum locum habet quod per. Sed haec ratio, cette idéologie a ses limites: quaedam, quae potest esse acquisita,, inter eos: alterum. Vivere sua identity, et quid unus est, invocetur nomen ejus:, et altior cognitione sui ipsius, et ideo permisit Privacy, altera haec requisita ad congressum. Prima in eo loco sita inter Antigonam Creontis, pugna terram quae aedificatur, Hoc est donum Dei veteres custodit in ancoris iactis ferebat Antigone miseranda, deorum, eadem vero auctoritate definit cui innititur huic stare, parens filio, rex, et qui dimissam excaecatur ad potentiam voluntatis audire vocem suam, vocis eius. Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (6/7. vocatio)”

Antigone, et rebelles intimus (3/7. fate)

IMG_0554

 

3t parte, : fate

Homo de ligno. ad hominem, quasi lignum, sive de pomis arborum radices Definitur etiam bene. ad hominem, quasi lignum, secundum elementa externa et interna adultae. L’homme ressemble à ce tronc sculpté par les épreuves s’appuyant sur ses racines et portant des fruits plus ou moins beaux, melius vel peius,… Et plantae similes in fine hominis,. Canalibus aquarum, quod fructum suum nutrit radicibus obliquat, foliis dolor lucidum, toute cette vie qui s’engouffre et circule nous rappelle de manière irrémissible la condition humaine. Metaphora est a familia in ligno. Germen folia et fructus,, crescit in historia hominis et familiae metaphoricus. Quelles fées maléfiques présidaient à la naissance de la famille des Labdacides dont descend Antigone? N’importe quelle belle conscience de nos jours y verrait une calamité et une explication pathologique des décisions d’Antigone. Comment cette petite Antigone devient-elle ce fruit héroïque en naissant sur un tronc si plein de stigmates et meurtrissures? Spiritus et continua familiae, quia et dux sortis et obtusum, repente, Antigone, hoc est a straitjacket, liberat hoc familia straitjacket, et percussit camisole, et dimitte compleat fatalibus. Quel prodige! procul, ramus eius amplectentem eorum, adhuc duo laminas respiciunt idem,, Quomodo differunt accedere simpliciter. Continue reading “Antigone, et rebelles intimus (3/7. fate)”

Actualités de Louis-René des Forêts

Par ce dimanche pluvieux, en relisant les notes prises en marge du merveilleuxOstinato, cette pépite au milieu des pépites:

Ne voilons pas nos figures avec nos mains. Il n’y a plus de lieu à vénérer, nul acte de gloire ni d’intelligence pour absoudre un monde séduit par la force étendant partout sa souillure, et qui aura relevé sèchement ses ruines comme on refuse la faute avec le sourire rusé des affaires.

Le destin de Charlie

dessin soldat

« L’ennemi te limite donc te donne ta forme et te fonde ». Cette phrase de Saint-Exupéry exprime assez bien notre condition à la fin de cette première semaine de l’année 2015. L’ennemi m’oblige à évoluer selon ses codes, à l’intérieur d’un espace qu’il a circonscrit. Je suis d’abord prisonnier. Il choisit le terrain et m’astreint à y rester confiné. Des deux données humaines immuables, l’espace et le temps, il m’ôte l’espace. Ôter l’espace au temps c’est un peu ôter Laurel à Hardy. L’autre unité continue de vivre, mais elle est défigurée. Elle a perdu l’équilibre offert par l’altérité de son conjoint. Le temps n’est pas le même suivant l’espace dans lequel il évolue. La géographie accomplit le destin avec une mesure aussi précise que le sablier. Continue reading Le destin de Charlie

Sur les états totalitaires

« Les états totalitaires, qui usent alternativement du mensonge et de la violence (le mensonge pour couvrir la violence et la violence pour faire taire ceux qui découvrent le mensonge), doivent la majeure partie de leur succès au fait d’avoir paralysé les forces de réaction contre l’imposture et contre le mensonge. Ceci au plan moral. »

Dom Gérard in Demain la chrétienté

Simona Pulchrovistae in vita hominibus

« Déclarer que la vie est absurde, c’est dire qu’elle n’aura jamais de sens. Dire qu’elle est ambiguë, c’est décider que son sens n’est jamais fixé, qu’il doit toujours être gagné.* »

Formidable déclaration d’impuissance drapée dans une expression de la volonté de puissance ou comment l’envie doit régler, régenter la vie. Cette phrase est bien sûr un manifeste révolutionnaire. Simone de Beauvoir définit la lutte des classes et toutes les actions de la gauche depuis la Révolution française : l’envie comme acte de foi. L’envie est toujours fille de l’immanence. Simone de Beauvoir nous dit : « Dieu est mort, sachons à présent que nous sommes maîtres de nos vies et qu’elles s’accomplissent dans l’action. » En agissant ainsi Simone de Beauvoir fait fi de la religion mais aussi de la philosophie antique, elle affirme que la lutte permanente est la seule voie. Cette lutte permanente est entretenue par l’envie ; l’envie a cette force immarcessible, elle se nourrit aussi bien de ses défaites que de ses victoires. C’est la force maléfique par excellence. Elle affronte la vie.

La philosophie de la vie de Simone de Beauvoir est adulescente comme dirait Tony Anatrella, et de fait, elle est une négation de la vie car elle nie sa qualité et son épaisseur pour la résoudre en une lutte permanente et pathétique.

On y voit aussi la forme du modernisme. Cette action devient immédiatement une négation de la vie intérieure. Ou plutôt elle se veut un remplacement à la vie intérieure car il est fréquent d’entendre, par un spectaculaire retournement de sens, que l’action est la vie intérieure du militant. On comprend aussi que cette déclaration ne souhaite en rien trouver une solution, l’apaisement serait sa fin. Elle ne se complait que dans le vacarme et la violence.

*Une Ethique de l’ambiguïté.