identità

L’identité se divise d’une part en un socle qui est en nous sans que nous puissions en tirer un mérite particulier, notre nature et l’éducation que nous avons reçues, et un mouvement constitutif de la vie qui découvre des éléments qui ne sont pas répertoriés par notre nature ou notre éducation, ma per essere letto, al culmine della nostra natura e la nostra educazione. Une bonne part de ce processus se déroule sans que nous ayons même à y penser. Il est pourtant essentiel, importante e ci impone di revisione in corso di questa natura e di questa educazione, tout comme à la révision permanente de ces nouveaux éléments à travers le prisme de notre nature et de notre culture. il saldo, di nuovo, s’avère essentiel. Non v'è alcun dubbio di dimenticare, o peggio essere consapevoli della nostra natura, d’oublier ou pire de perdre les bienfaits de notre éducation, per affrontare le rive di novità, o non saremo altro che una bandiera lacera nel vento, non avremo criteri per giudicare la novità e rischieremmo di vedere questa novità solo una novità, e ad amarlo per questo.

Qu’est-ce qu’être hors-sol ?

L'esempio più illuminante sulla natura umana è nel Nuovo Testamento quando Pietro e Gesù Cristo parlano insieme e Peter esorta il suo padrone crede che la sua devozione sincera abbastanza. così, Jésus lui annonce que le coq n’aura pas chanté qu’il l’aura renié trois fois. Il primo luogo dove ogni uomo ne parla : debolezza. Considerazione dei limiti di ciascun, non sempre di risolverlo, ma anche per superare, costretto a ragione da ciò che si è e non da ciò che si crede di essere. Ogni uomo che non conosce le sue debolezze, che dimentica, qui ne les prend pas en compte est hors-sol comme on a pris l’habitude de le dire de nos jours. significato fuori terra che si è nutrito da un pascolo che non ci appartiene, que l’on renie son pâturage pour trouver tout autre pâturage que le sien meilleur, car autre. Hors-sol signifie aussi que les propos reçus pourraient être obtenus partout ailleurs dans le monde sans que cela pose problème, A proposito di questi senza radici, traduisible en toute langue et exportable tel un « framework » en informatique. La frase "fuori terra" divieto di rispondere alla domanda "dove parli ? "E la prima formula ama mettere in ridicolo la seconda come identità o" estrema destra ". A forza di cercare di schivare il problema, l'abbiamo spazzato via. In futuro non sarà possibile chiedere da dove viene, perché abbiamo raggiunto un tale livello di astrazione e di sradicamento che questo problema sarà ancora più senso.

Antigone, ribelle e intimo (3/7. destino)

IMG_0554

 

3parte ND : destino

L'uomo giù dall'albero. l'uomo, come l'albero, viene anche definito bene dalle sue radici o frutta. l'uomo, come l'albero, dipende da elementi esterni ed interni per raggiungere la maturità. L'uomo si presenta come il tronco intagliato da test basati sulle sue radici e con la frutta più o meno fine, meglio o peggio… Le somiglianze tra le piante e l'uomo sono infinite. L'acqua che alimenta le radici al sole irrigazione frutta, ossigeno trasudava dalle foglie, tutta questa vita correndo e fluente modo ci ricorda la condizione umana imperdonabile. L'albero è una metafora famiglia. Seedling frutta e foglie, una metafora per la storia dell'uomo e della famiglia cresce. Quello che fate il male ha presieduto alla nascita della famiglia tra cui Antigone scende Labdacides? Qualsiasi buona coscienza oggi sarebbe vedere una calamità e una spiegazione patologica delle decisioni Antigone. Come è questo piccolo Antigone questo frutto eroica in crescita su un tronco d'albero così pieno di cicatrici e lividi? Il respiro e la guida ininterrotta destino e ottusa che la famiglia e, improvvisamente, Antigone viene rilasciato da questa camicia di forza, libera la sua famiglia questa camicia di forza, ha sconfitto canotta, e completa respingere il destino. Che miracolo! a distanza, aggrappati alla loro ramo, due fogli ancora sembrano identici, Eppure basta avvicinarsi per vedere come si differenziano. Continua a leggere “Antigone, ribelle e intimo (3/7. destino)”

Notizie Hyppolite Taine

C’est un cuistre, le cuistre c’est l’esprit creux et gonflé qui parce qu’il est plein de mots se croit plein d’idées, jouit de ses phrases et se dupe lui-même pour régenter autrui. C’est un hypocrite qui se croit sincère, un Caïn qui se prend pour Abel.

 

Dans ce cerveau rétrécit, livré à l’abstraction, et accoutumé à parquer les hommes en deux catégories sous des étiquettes contraires, quiconque n’est pas avec lui dans le bon compartiment est contre lui dans le mauvais, et dans le mauvais compartiment entre les factieux de tous drapeaux et les coquins de tout de grée, l’intelligence est naturelle. […] Tout aristocrate est corrompu et tout homme corrompu est aristocrate.

 

La gauche qui naît à la Révolution affiche un totalitarisme qui, s’il est larvé parfois, n’en est pas moins toujours présent ; il repose sur la haine de ce qui ne pense pas comme elle.

Hyppolite Taine dans ses Origines de la France contemporaine décrivait ainsi Robespierre. Mais si à la place de Robespierre, on mettait Hollande, Valls, ou pis encore Taubira, ce portrait leur irait comme un gant. D’autant que cuistre est masculin et féminin, il place ainsi tout le monde devant un pied d’égalité, cette notion si chère à cescuistres.

Quali santi a girare ?

demone - Orvietto

Il caso Maciel ci impone di porre la domanda del Male. Il nostro tempo impedisce lo sfregamento. Que savons-nous de l’œuvre du diable et que pouvons-nous faire pour nous en protéger ? Dopo aver tentato di oscurare il bene della vita, faut-il s’étonner que le mal se montre au grand jour ? Le opere del diavolo sono infinite, ma il & rsquo; Spirito Santo tutto può, tra cui trasformazione.

Si doveva avere l'eloquenza dello scrittore preferito del Papa1 pour affirmer : « Il n’y a qu’une seule tristesse, celle de ne pas être saint ». Questa domanda inebriante della santità è sempre come una stagione che non passa. Ci sono molte cose che possiamo sbarazzarci, ma mai la questione della santità in parte. Si è consustanziale con noi. Non appena si vede o vedere qualcosa di giusto o ingiusto, qualcosa sotto il bene o il male, camminiamo sulla via della santità. Se ad esso o contro di esso. Ci vuole molto tempo per rendersi conto di quanto il tema della santità è che consustanziale. Noi siamo santi, siamo un tempio, abbiamo lasciato la chiesa che è santa, siamo a immagine di Dio, che è santo, Eppure noi ébrouons, cadiamo, lottiamo, ci sforziamo… Così poco risultati per tante promesse. Questa è la quantità richiesta Condizioni santa di sforzo e dà pochi risultati visibili.
Continua a leggere “Quali santi a girare ?”

testimonianza cristiana – 2

Quando j & rsquo; ho iniziato questo blog, rapidamente m & rsquo; s è venuto & rsquo; d & rsquo idea, scrivere sulla liturgia. Non per rivendicare uno status specialista, mais pour partager mon expérience de ce qui représente le coeur de la vie d’un chrétien. C'erano due strade che dovevano fondersi : Abbiamo dovuto dire la Messa (e dei suoi benefici), e poi affidare il percorso che il & rsquo; aveva rivelato.

parte 2 : le christianisme, roi des communautésAu pied de l’autel

Lorsque je vivais à Londres, la pensée de la spiritualité n’a cessé de m’habiter. Ma quête se résumait à la recherche permanente de la vie intérieure. Ce cœur qui bat, qui palpite ne pouvait être que chair et sang. C’était là mon intuition. Vingt-cinq ans plus tard, c’est une certitude qui m’habite : ne pas laisser battre et palpiter ce cœur sans lui accorder suffisamment de temps, d’attention et d’affection. Sans cesse, chercher à approfondir ce mystère qui l’entoure. Tout ce qui empêche ce dialogue, tout ce qui interfère avec cette liaison, provoque mon plus profond mépris. Cette intimité brûlante a de parfaits ennemis ourdis par le monde moderne, des ennemis comme le communautarisme et le syncrétisme.

Continua a leggere “testimonianza cristiana – 2”

Un po 'di storia di Envy, eroe a capro espiatorio

4Le monde moderne ne cesse de nous présenter des boucs émissaires. Lance Armstrong, Richard Millet, Jérôme Kerviel, John Galliano, pour ne citer qu’eux, chacun dans un domaine, avec des causes et des raisons complètement différentes, ont récemment incarné le bouc émissaire, le fauteur justement châtié, l’empêcheur de tourner en rond remit à sa place. Le bouc émissaire est lié à l’égalitarisme, lui-même lié à l’envie. Du héros au bouc émissaire, seule l’envie ne change pas. Le monde moderne a le spectacle dans le sang, le bouc émissaire y a une fonction cathartique.

À l’heure de la démocratie moderne, tout passe par Twitter ou Facebook. La vraie information se trouve là. Ne pas être là équivaut à disparaître, à entretenir une vie dans l’ombre, une vie d’ombre. Sur les réseaux sociaux, il est permis le comble de la démocratie moderne : côtoyer l’idole, vivre avec l’idole, au rythme de l’idole, en connaissant tout d’elle, en la voyant au levé du lit, en l’embrassant en guise de bonsoir ; ne manque que le contact tactile. Cette proximité transforme le rôle de l’idole connue depuis toujours, elle le modifie à jamais. Si l’idole était une simple statuette, elle ne parlerait pas, ne répondrait pas, elle n’occuperait que la place qu’on lui laisse, elle rassemblerait sur son effigie toutes les images mentales que le cerveau peut produire. Le monde moderne ne connaît pas l’image mentale, il est au-delà du fantasme. Il hait ce qui est caché, sans parler de ce qui est secret. D’où cette expression souvent utilisée : le fantasme devenu réalité. Le fantasme — fantasmi, l’image mentale pour le Grec antique — ne peut être, ne doit pas être, une réalité. Sinon l’horreur guette. Sinon nous ne pouvons que prier en attendant que tout reprenne sa place. Il y a un ensauvagement possible à côtoyer l’idole de trop près. Par cette proximité, le monde moderne a entrepris de créer un levier cathartique pour contrôler les consciences. L’idole peut être héros ou bouc émissaire, elle peut servir la société du spectacle et sa dictature molle. Elle permet aussi de remplir des cases : héros, bouc émissaire, déchu, condamné, victimeUne feuille de papier à cigarette sépare ces qualificatifs. Sur fond de moralisme, la société abat ses cartes et distribue les bons ou mauvais points. Tous les domaines sont touchés, mais certains plus « populaires » que d’autres sont affectionnés. Le bouc émissaire permet de se refaire une beauté, de donner le change, ou bien d’affirmer sa responsabilité et son incorruptibilité. Mais personne ne doit être dupe de tels stratagèmes. La société du spectacle est un simulacre de société qui repose sur l’intrusion, sur l’indécence et sur la délation.

Continua a leggere “Un po 'di storia di Envy, eroe a capro espiatorio”

Emmanuel Todd o volgarità intellettuale

Emmanuel Todd ha trascorso un'altra mattina su France Culture per darci la sua buona parola. Emmanuel Todd è un profeta. Ha l'eloquenza. finge, per lo più. Non l'ha fatto l'onestà. infatti, non si può essere un profeta e ideologo.

Continua a leggere “Emmanuel Todd o volgarità intellettuale”

Omaggio a Domenach

En relisant des notes prises il y a des années pendant la lecture du Retour du tragique di Jean-Marie Domenach, je me souviens de notre rencontre. Je le vois arrivant dans mon petit studio de la Fourche, me demandant un verre de vin et moi, commençant à lui expliquer par le menu l’orientation que je voulais donner à notre entretien. Et lui me regardant avec des yeux ronds, s’arrondissant encore, et soudainement me lançant enthousiasmé : “Mais vous avez lu mes livresJe n’ai pas l’habitude de rencontrer des journalistes qui ont lu mes livres”.

Cette rencontre restera comme l’une des très belles rencontres que j’ai réalisées en tant que journaliste. Nous discuterons plus de deux heures de morale et de moralisme, de Saint-Just et de Nietzsche. De Dieu aussi. De Dieu surtout.